Le Guide des Connaisseurs - Philippe Geluck: le Belge le plus célèbre de France donne sa langue au chat Bienvenue sur Le Guide des Connaisseurs



Traduire cette page en Anglais Traduire cette page en Nerlandais Traduire cette page en Allemand Traduire cette page en Italien Traduire cette page en Espagnol Traduire cette page en Catalan Traduire cette page en Portugais Traduire cette page en Grec Traduire cette page en Arabe Traduire cette page en Bulgare Traduire cette page en Chinois(simplifi) Traduire cette page en Chinois(traditionnel) Traduire cette page en Coren Traduire cette page en Croate Traduire cette page en Danois Traduire cette page en Finnois Traduire cette page en Hbreu Traduire cette page en Hindi Traduire cette page en Indonsien Traduire cette page en Japonais Traduire cette page en Letton Traduire cette page en Lituanien Traduire cette page en Norvgien Traduire cette page en Polonais Traduire cette page en Roumain Traduire cette page en Russe Traduire cette page en Serbe Traduire cette page en Slovaque Traduire cette page en Slovne Traduire cette page en Sudois Traduire cette page en Tagalog Traduire cette page en Tchque Traduire cette page en Ukrainien Traduire cette page en Vietnamien Agrandir la page Rduire la page Fil d'actualit du Guide des Connaisseurs
Rechercher :

Annonces
Vacances en Provence


 

C?est le moment de penser ? vos vacances d??t?. Une suggestion : une splendide

 villa proven?ale de 200 m2 habitables, avec vue imprenable, pour 8 personnes, avec piscine priv?e, dans une propri?t? priv?e de 2,4 hectares, o? coule la rivi?re l?Argens (les enfants peuvent s?y amuser). 4 chambres, 2 salles de bain, 3 w-c. S?jour-salle ? manger de 65 m2 avec feu ouvert et mezzanine
D?tails


Des livres ? manger
Bon App?Trucs! 164 pages de bonheur gourmand au quotidien

Glossaire
A- B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


A la Une
AbonnementAbonnement

·Abonnez-vous

Voir toutes les rubriques ?Voir toutes les rubriques ?
Voir tous les articles ?Voir tous les articles ?
Forums de discussionsForums de discussions

Testez votre culture

QUIZ
Jouez avec nous au ?Saviez-vous que??


Vous saurez si vous ?tes un honn?te amateur, un gourmet comp?tent ou un v?ritable expert de la table. 


Coup de coeur

Bruxelles

La Guinguette en Ville:

un succ?s m?rit?


La Guinguette en ville, restaurant tout r?cemment ouvert au B?guinage ? Bruxelles m?rite le d?placement. Tripadvisor, sur le Net, a eu le coup de foudre et n?a pas h?sit? ? d?j? le classer 13?me sur 2231 restaurants ? Bruxelles. On approuve. La belle Ellen Branellec en salle (c?est la patronne) et son fils Paul en cuisine avec Timmy, provoquent  des ?tincelles qui  font l?unanimit?.. Lire


Le clin d?oeil
Autrefois, dans toutes les chambres de la Lgion, on voyait crit cette fire ptition de principe: Lalcool tue. Mais le lgionnaire ne craint pas la mort. (James de Coquet, crivain et gastronome)

Sondage express
Quel est, votre avis, le guide annuel des restaurants le plus pratique et le mieux fait en Belgique ?

Le Michelin
Le Delta
Le Lemaire
Le Gault-Millau



Votes 20323

Gastrologie

Blier *21 Mars - 19 Avril* Taureau *20 Avril - 20 Mai* Gemeaux *21 Mai - 21 Juin*
Cancer *22 Juin - 22 Juillet* Lion *23 Juillet - 22 Aout* Vierge *23 Aout - 22 Septembre*
Balance *23 Septembre - 23 Octobre* Scorpion *24 Octobre - 22 Novembre* Sagittaire *23 Novembre - 21 Decembre*
Capricorne *22 Decembre - 19 Janvier* Verseau *20 Janvier - 18 Fevrier* Poisson *19 Fevrier - 20 Mars*


 
Philippe Geluck: le Belge le plus célèbre de France donne sa langue au chat


Par Danielle Dechamps

Michel Drucker doit se bénir tous les dimanches d’avoir pensé à installer Philippe Geluck sur le canapé le plus recherché de France (France 2).
Laurent Ruquier, qui ne laisse jamais échapper une trouvaille, en a fait son complice  dans «On a tout essayé» (de 19 h à 20 h  sur France 2 et de 16 h 30 à 18 h sur Europe I ).
Un feu d’artifice et une réussite qui prolongent une carrière déjà assurée brillamment en Belgique.
On savoure Philippe Geluck comme on déguste les aphorismes de son Chat, qui comble les lecteurs de «Victor», le supplément du journal «Le Soir», en Belgique, et qui se pavane dans une bonne douzaine d’albums à succès. 

Photo Lucien Krauss

Signalements
 
* Geluck, Philippe, 47 ans, Gémeaux. Marié et heureux de l’être. Père d’une Lila et d’un Antoine, 17 et 19 ans. Maître d’un bouledogue baptisé  Kilim («Comme les tapis turcs. Quand il sera mort, on en fera une carpette. Nous ne nous quitterons donc pas») et d’un chat plus errant que domestique, Chicon, décrit comme mâle, européen et tigré avec des bottes blanches, et que personne, ou presque, n’a jamais vu parce qu’il est timide.
Ce n’est pas le cas du personnage dont des portraits plus grands que nature ornent la résidence des Geluck, dont il a payé les murs: Le Chat.  

 
* Le Chat, 19 ans, Bélier (Poissons, à deux jours près. Geluck aurait pu y penser). Un fils apparemment naturel, le Fils du Chat.
Le Chat s’aime. Le Chat s’adore. Le Chat est remarquablement, et jamais honteusement, imbu de lui-même. Le Chat a des pensées qui auraient fait se pâmer Descartes. Le Chat est d’une logique confondante. Son humour est souvent subtil et parfois effroyable. Le Chat a les deux pattes bien sur terre (les deux autres étant coincées dans les manches d’un costume croisé) et l’esprit en vagabondage chronique. Le Chat a quelque chose à dire sur tout et souvent sur rien. Mais tout ce qu’énonce le Chat fait sourire, rire, s’esclaffer, s’énerver, ronchonner, s’offusquer.
Le Chat, c’est quelqu’un.
Comme son maître.
Qui précise : «Le Chat est une partie de moi. Ce n’est pas un miroir». 



Du dessin au théâtre ou l’inverse


Photo Lucien Krauss

Atavisme, quand tu nous tiens : avant de devenir directeur de «Progrès Films» et de faire découvrir à la Belgique les productions des pays de l’Est, le père de Philippe Geluck était dessinateur. C’est pourtant sur les planches du Théâtre National de Belgique que Philippe débute, et même pas dans des pièces qui font rire («Roméo et Juliette», «L’Opéra de Quat’sous»). Il a déjà un bagage: à 14 ans, il publiait ses premières bandes dessinées destinées au corps médical. Dès 1978, il entre à la RTBF, où il animera plus de mille émissions, de «Lollipop», à «L’Esprit de famille» en passant par «Le Jeu des dictionnaires». «La Semaine infernale» verra naître «Le Docteur G», autre personnage à succès de Philippe Geluck. Parallèlement, il expose des dessins et des aquarelles à Londres, Paris, Milan, Copenhage et Dallas. Il réalise plusieurs livres pour enfants.
 
Un éditeur récalcitrant
 
Mais le véritable tournant est pris un jour de 1983 quand le journal «Le Soir» lui demande de créer un personnage.
Ce sera le Chat, qui, au départ, recevra un accueil mitigé.
«Mais j’ai su, dès que j’en ai dessiné les traits et dès sa première semaine de parution, que ce serait très important pour moi».
Il ne se trompe pas. Six mois plus tard, Le Chat a bel et bien installé ses pénates dans les pages du quotidien et dans l’esprit de ses lecteurs. Geluck envisage de réunir ses dessins dans un album. Casterman refuse. En 1986, le dessinateur veut faire cavalier seul et éditer lui-même son livre. Casterman cède. Et c’est la manne. 6000 exemplaires sont tirés, 3000 pour la Belgique, 3000 pour la France. En deux jours et demi, les exemplaires belges sont épuisés et on doit faire revenir ceux de France. Ce Chat-là s’est vendu à 120 000 exemplaires.
 
Le Chat s’installe


Philippe Geluck chez lui. Photo Lucien Krauss
 
Six ans plus tôt, il était tombé amoureux d’une maison dans le Brabant Wallon.  «Danny, ma femme, et moi l’avons achetée et nous avons fait un emprunt sur 20 ans, me dit-il. Nous n’avions pas un clou pour nous gratter. Nous avons raclé les fonds de tiroir et nous ne sommes plus partis en vacances pendant près de dix ans. En 1989, grâce au Chat, nous avons entrepris des travaux d’aménagement».
Et quels travaux ! Une superbe villa, nichée dans la verdure. Le living, immense, est parqueté de yellow pin. Les canapés en cuir sont groupés autour d’un grand feu ouvert. On y sent le bonheur de vivre. L’atelier, à l’étage, est pourvu de larges baies vitrées donnant sur le jardin. Par-ci par là un clin d’oeil, comme, mis solennellement sous cloche, un pot à confiture rempli de morceaux de briques, œuvre du maître intitulée « Confiture de mur ». Ou encore une Sainte-Thérèse de Lisieux affublée du gros nez et des lunettes du Chat, signée Juan d’Oultremont.
Je remarque, collé sur une fenêtre, un feuillet sur lequel est inscrit à l’ordinateur un grand «Je t’aime» tourné vers l’extérieur. Geluck explique : «Danny devait être dans le jardin. J’ai eu envie de lui dire ce que j’éprouvais pour elle».
 
Un chef hors pair


Sa cuisine. Photo Lucien Krauss
 
La cuisine ressemble à celle d’un pro. Elle comporte, bien alignés, quelques aide-mémoire : les livres de Guérard, Wynants, Troisgros, Manière, Bocuse, Girardet, «Colette gourmande», «Le petit Perret Gourmand», Le Larousse des Cuisines du monde…
Car le maître des lieux est un fin gourmet et un chef hors pair.
«J’ai la passion de la cuisine. Je la tiens de mon père qui, dès le début des années soixante, nous a affiné le goût, à mon frère et à moi, en nous faisant découvrir des cuisines venues d’ailleurs, notamment de Roumanie et de Bulgarie où il se rendait souvent pour son métier, mais aussi la cuisine chinoise qui n’avait pas trop la cote à l’époque. Il aimait la cuisine française. Lorsque je me suis installé seul, à 18 ans, j’ai commencé à me préparer des plats, d’instinct. J’ai beaucoup lu -je peux lire un livre de cuisine comme un roman - pris des conseils, récupéré des ustensiles de cuisine de ma grand-mère. Je me souviens d’un couteau spécial pour découper les tomates. Il faisait ma joie. J’ai acheté une machine à faire des pâtes. D’ailleurs, je continue: lorsque je prépare des lasagnes, je confectionne moi-même la pâte. En 1976, quand j’ai rencontré ma future femme, elle a été très surprise de voir un jeune homme de mon âge s’intéresser à un domaine aussi particulier. Nous avons en commun en cuisine, Danny et moi, quelque chose que peu de personnes possèdent : une complicité et une complémentarité énormes. Nous travaillons en cuisine sans nous marcher sur les pieds».
 
Navarin, waterzooi et pizza frite
 
Au menu, chez les Geluck: navarin de homard aux petits légumes, épaule d’agneau boulangère, waterzooi, raie sur chiffonnade de chicons, sauce montée au beurre, magret de canard sauce au cidre («Je fais réduire du cidre en sirop. Je lie à la crème. Je sers le canard avec des pommes caramélisées à la poêle»). La béarnaise est, dit-il, une des plumes de son chapeau. Il ne la rate jamais.
Il se rend souvent en vacances en Italie, où il cuisine tous les jours pour sa famille et ses amis. «Nous sommes souvent seize à table. Je n’aime pas les grandes fêtes sur commande, mais les réunions informelles où la convivialité est évidente. Je fait un apéritif tout simple: la pizza frite. J’aplatis au rouleau de la pâte à pizza et je la cuis à l’huile dans une poêle. Elle reste très tendre sur le dessus et il suffit de la garnir intelligemment».
 
La création reste diététique

Photo Lucien Krauss

L’imagination est donc au pouvoir chez Philippe Geluck, mais avec des garde-fou.
 «Dans aucun domaine, on ne peut bâfrer continuellement. La création artistique reste diététique. Cela dit, je n’ai jamais eu l’angoisse de la page blanche. Je puise dans ce qu’on appelle l’inspiration, une source qui se renouvelle régulièrement. Plus on puise, plus on trouve. J’ai le sentiment d’avoir bâti ma route comme les légions romaines construisaient des voies pour conquérir.
«Tout est matière à émerveillement. Le premier dessin publié, puis le premier dessin en couleur, la première couverture, le premier album… L’essentiel est de continuer à se motiver et ce n’est pas difficile. La vie elle-même est un cadeau.
«Je suis un homme heureux. J’ai vécu culturellement des choses énormes, comme la rencontre, dans mon enfance, d’êtres d’exception comme Polanski, Forman, Tarkovski. Je continue aujourd’hui.
«Je ne fais jamais grand cas de mes soucis, mais ceux des gens que j’aime me mettent sur le tapis.
«Ma plus grande joie est d’essayer de donner du bonheur aux autres. J’espère que j’ai réussi».
 
 
Danielle Dechamps
Photos Lucien Krauss-TIF
 
 
Les rapports du Chat avec la gastronomie
  • Le Chat, explique son maître, aime les souris et le poisson comme tous les chats et il s’en excuse régulièrement. Il se voudrait un chat évolué. Il est presque humain. Il s’est élevé dans la société et aime disserter de manière intellectuelle. Dans une planche, il parle de philosophie. A ce moment, une souris passe. Il se précipite, puis revient en disant «Excusez-moi. C’est l’instinct».
  • Par solidarité avec les sans emplois, Le Chat ne mange pas de fromage de Chaumes.

Exclusif


Photo Lucien Krauss

Le dictionnaire gastronomique de Philippe Geluck

©Le Guide des Connaisseurs

Le dictionnaire gastronomique qui suit et les définitions très personnelles qui le composent sont exclusifs. Ils sont une création de Philippe Geluck pour Danielle Dechamps et Le magazine Le Guide des Connaisseurs. Conservez précieusement ces mots d’esprit et relisez-les de temps à autre. Ils vous mettront de bonne humeur pour quelques heures.

Batterie de cuisine

  • Selon le Dictionnaire de l’Académie des Gastronomes: ensemble des ustensiles de cuisine allant au feu.
  • Selon Philippe Geluck: instrument à percussion dont joue l’assistant du chef pour rythmer la cadence du travail des marmitons comme on le faisait jadis sur les galères (et comme il serait parfois nécessaire qu’on le fît encore dans certaines administrations).
 
Blette
  • Selon le Dictionnaire de l’Académie des Gastronomes: plante potagère qui s’apparente à la betterave et à l’épinard.
  • Selon Philippe Geluck: onomatopée. Bruit que fait un paquet de beurre mou en tombant par terre du mauvais côté.
 
Bouchée à la Reine 

·        Selon le Dictionnaire de l’Académie des Gastronomes: hors-d’oeuvre chaud fait d’un feuilletage rond et dentelé, garni d’un salpicon de blanc de volaille, champignons, truffes, et nappé de sauce à la parisienne. Doit son nom à la reine Marie, femme de Louis XIV.  
·        Selon Philippe Geluck: jadis, la tradition voulait qu’une délégation de chaque corporation, le jour de sa fête traditionnelle, apportât aux souverains les plus beaux exemplaires de sa production; ainsi, les boulangers leur dévoilaient respectueusement leurs plus belles miches et les ferronniers maritimes leur offraient leur plus belle bitte. Mais, comme pour tout un chacun, chez les monarques il y avait les jours avec et les jours sans et l’un comme l’autre voyait arriver d’un meilleur œil la fête des joailliers ou des fourreurs que celle des plombiers ou des tripiers. Un jour de 1734, la reine Martine IV reçut en audience dans le plus grand secret (car son mari, le roi Jacques XXXXVII, était végétarien) les représentants de la guilde des bouchers qui étalèrent à ses pieds leurs carcasses sanguinolentes. Le roi, qui revenait de la pêche plutôt que prévu, entrant dans le salon et surprenant les bouchers en compagnie de sa femme entra également dans une colère noire et fit jeter les bouchers à l’arène où ils furent dévorés par les lions. L’expression est restée et, aujourd’hui encore, lorsqu’elles ont dépassé la date limite de fraîcheur, on dit qu’il faut jeter les bouchées à la reine.
 
Bouquet garni
  • Selon le Dictionnaire de l’Académie des Gastronomes: petite gerbe de plantes aromatiques.
  • Selon Philippe Geluck: bouquet de fleurs garni de fleurs (pour faire encore plus joli). À ne pas confondre avec bouquet de granit qui est un bouquet constitué de fleurs de pierres et de marbre que l’on dépose sur les tombes pour qu’il ne s’envole pas. Ces fleurs ne doivent pas être arrosées, si ce n’est de larmes.
 
Chaud-froid
  • Selon le Dictionnaire de l’Académie des Gastronomes: volaille ou gibier nappé et refroidi.
  • Selon Philippe Geluck: expression particulièrement peu précise lorsqu’on l’utilise pour qualifier la température d’un mets. Cette formule est aussi farfelue pour un cuisinier que Oué mais non ! l’est pour un grammairien.
 
Ébarber
  • Selon le Dictionnaire de l’Académie des Gastronomes: enlever les barbes, nageoires et autres saillies d’un poisson.  
  • Selon Philippe Geluck: se dit, en général le 6 ou le 7 décembre, d’un saint Nicolas de grand magasin enlevant sa fausse barbe pour la ranger dans son étui jusqu’à l’année prochaine. Seul le vrai saint Nicolas ne s’ébarbe pas; il la taille, juste comme il faut pour ne pas risquer d’en mouiller le bout quand il ira faire pipi.
 
Fiasco
  • Selon le Dictionnaire de l’Académie des Gastronomes: bouteille sphérique à long col effilé, le plus souvent clissée, employée en Italie pour les vins (2, 27 litres) et les huiles (2, 08 litres).
  • Selon Philippe Geluck: bouteille ratée ou cassée (ou les deux).
 
Lèchefrite
  • Selon le Dictionnaire de l’Académie des Gastronomes: réceptacle placé sous la broche pour la graisse et le jus.
  • Selon Philippe Geluck: si, dans nos cinémas, nous prenons plaisir à croquer un eskimo (cette confiserie à base de crème glacée enrobée de chocolat montée sur un bâton), dans les cinémas Inuits il en va tout autrement; les spectateurs frigorifiés ont besoin de graisse pour résister aux températures rigoureuses qui règnent dans leurs salles, aussi leur propose-t-on à l’entracte des frites mayonnaise qu’ils lèchent en regardant les pubs.
 
Lunch
  • Selon le Dictionnaire de l’Académie des Gastronomes: repas servi en buffet (dans l’usage français). Mot anglais, abréviation de «luncheon», littéralement «bonne tranche», d’où collation.  Le terme désigne chez nous un repas léger et sans cérémonie. On pourrait le comparer à notre expression «manger un morceau».
  • Selon Philippe Geluck: terme de tennis prononcé par l’arbitre lorsque la rencontre s’éternise et qu’il commence à avoir faim au point que les gargouillis de son estomac se font entendre à travers le micro dans lequel il donne les points. Il peut également dire «Brunch!» (contraction de breakfast et de lunch) ou «Brunchner!» (contraction de breakfast, de lunch et dinner) ou encore «Brunchnerlastfortheroad!» (contraction de breakfeast-lunch-dinner-et-un-p’tit-dernier-pour-la-route).
 
Macaroni
  • Selon le Dictionnaire de l’Académie des Gastronomes: variété de pâtes alimentaire de forme tubulaire, comme le canellone, mais en beaucoup moins large et en beaucoup plus long. Malgré son étroitesse, on peut le farcir, mais il faut de la patience.
  • Selon Philippe Geluck: pâte découverte par l’explorateur écossais Mc Haroney dont on extrait le spaghetti.
 
Quatre-quarts
  • Selon le Dictionnaire de l’Académie des Gastronomes: pâtisserie faite d’ingrédients à parties égales.
  • Selon Philippe Geluck: gâteau pouvant être dégusté par quatre personnes mais aussi par huit, dans ce cas, chaque convive reçoit un huitième de quatre-quarts c’est-à-dire un demi-quart, ou par seize et, dans ce cas, chaque quart devient lui-même un quatre-quarts et chacun reçoit un quart de quart. Quand on a un solide appétit, on peut tenter d’ingérer tout seul un quatre-quarts et, dans ce cas, on déguste un un-un.
 
Rognures
  • Selon le Dictionnaire de l’Académie des Gastronomes: restes ou chutes de feuilletage.
  • Selon Philippe Geluck: les occasions de faire la fête ne sont pas si fréquentes et ce n’est pas l’Épiphanie tous les jours; aussi, pour ceux qui aiment jouer à galette des rois existe-t-il une variante : Rognures. En cuisine, il arrive régulièrement qu’un coq ou un saucier se hache par mégarde un ongle ou un bout de doigt dans une préparation. Si un des clients le retrouve dans son assiette, il est le roi; il peut alors choisir sa reine, tout le monde chante et l’on part en farandole à travers l’établissement.
 
Vin
  • Selon le Dictionnaire de l’Académie des Gastronomes: jus de raisin fermenté.  
  • Selon Philippe Geluck: mauvaise orthographe du nombre se situant entre dix-neuf et vingt et un.
 
Yorkshire pouding
  • Selon le Dictionnaire de l’Académie des Gastronomes: apprêt de la cuisine anglaise, sorte de galette faite de farine, d’œufs et de lait fortement salés et épicés et cuite au four dans de la graisse de bœuf très chaude.  
  • Selon Philippe Geluck: dessert chinois préparé à base de chien. Après avoir rasé les poils et coupé les pattes d’un Yorkshire adulte, passez-le au mixer et procédez ensuite comme pour un pouding normal. Le conseil du chef: n’oubliez pas de retirer le nœud rouge (qui donnerait un goût de tissu à la préparation). La chair du Yorkshire étant fine mais peu abondante, on peut aussi utiliser du saint-Bernard, mais, dans ce cas, il faut prévoir un mixer plus grand.
©Danielle Dechamps, Le Guide des Connaisseurs
 


A b?tons rompus - 14/11/2004 - Le Guide des Connaisseurs

Format imprimable  Format imprimable Envoyer cet article  un(e) ami(e)  Envoyer cet article un(e) ami(e)

0 commentaires
  
Les commentaires sont la proprit de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus !
 
Liens connexes
Glossaire de la Rubrique A b?tons rompus

Tous les articles de la Rubrique A b?tons rompus

L'article le plus consult de la rubrique A b?tons rompus:
Pierre Perret : «J’ai appris très tôt à être gourmand»

Derniers articles de la rubrique:
·Pierre Perret : «J’ai appris très tôt à être gourmand»

·Conversation cœur à cœur avec Pierre Gagnaire

·Pierre Arditi : «Je peux ouvrir une grande bouteille de vin pour moi tout seul»

·Les techniques de séduction de Frédéric Dubus

·Les signes astrologiques à table©: à séduire ou à fuir?

·Rencontre avec Christine Ferber, la Fée Confiture

·A la Balade des Gnomes, le magicien d’Heyd ouvre la porte à la féerie

·Pierre Kroll : honneur au citoyen le plus sweet and sour du royaume

·L’humoriste François Pirette fait une rentrée fracassante à Charleroi

·Jacques Simonet maniait la fourchette avec humour

·A voir absolument : «Blanche Neige La suite », le nouveau film de Picha

·L’avenir est-il au caviar d’élevage en Mer Caspienne ?

·Benoît Lutgen : Si la politique me lâchait, je m’inscrirais à l'Ecole Hôtelière

·Gérard Depardieu a perdu 300 kg en 10 ans

·Pour Richard Gere, le bouddhisme, ce n’est pas du cinéma





info@leguidedesconnaisseurs.com

info@leguidedesconnaisseurs.com
Le Guide des Connaisseurs 16 octobre 2004
Tous droits rservs
Nos partenaires
Site Web ralis par Mikael Kother (phpnuke2003)