L’abricot : un fruit généreux longtemps dédaigné
Sujet: Le guide des bo

L’abricot est très riche en vitamine A et en fer. Il contient également des vitamines B, C et P, du calcium, du magnésium, du cuivre et des fibres. Il est très énergétique.
Ses éléments nutritifs sont plus concentrés quand il est séché. L’abricot allonge la vie des cellules et régénère les tissus.
Il devient de plus en plus difficile de trouver des abricots de qualité, goûteux et juteux, piqués de taches de rousseur. Le problème, c’est qu’il faudrait pouvoir les cueillir soi-même à maturité (après la cueillette, leur contenu en sucre n’évolue plus).
En plus, ce fruit est fragile et voyage mal. Sa saison: de la mi-juin juin à la mi-septembre. En dehors de cette période, vous ne trouverez que des gros abricots d’importation absolument insipides.
L’abricotier, de la famille des rosacées, est apparu en Chine, il y a plus de quatre mille ans. Curieusement ce fruit savoureux fut très longtemps accusé de tous les péchés et jusqu’au XVIIe siècle, on était persuadé qu’il donnait la fièvre. «Après l’avoir absorbé, écrivit Rhazès, un médecin arabe, il faut prendre du vin pur, des électuaires au cumin et à l’encens, de la poudre d’ammi pour éviter l’humidité qu’il entraîne dans le sang, vu que cette humidité finit par la putréfaction et engendre des fièvres». Il fallait alors suer abondamment.
Même à la Cour de Louis XIV, pourtant curieuse et gourmande, on dédaignait l’abricot que l’on préférait manger en confiture.
Un petit clin d’œil : Jules Renard disait de Philippe, son jardinier, que ses oreilles ressemblaient à deux moitiés d’abricots mangées par les guêpes.
 
©Danielle Dechamps








Cet article provient de 'Le Guide des Connaisseurs'
http://www.leguidedesconnaisseurs.be

L'URL de cet article est:
http://www.leguidedesconnaisseurs.be/article1065.html