Le Gourmandin, Petit Prince des Marolles à Bruxelles
Sujet: Coup de coeur

Chaque vendredi, sauf en été, dans «Demandez le programme» (entre 8h 30 et 9h), animé par Philippe Callet, Jacques Kother, du magazine gastronomique Le Guide des Connaisseurs, donne sur l'antenne de BEL RTL, sa bonne adresse hebdomadaire (émission transmise en direct sur RTL TVI).
Direction les Marolles à Bruxelles où il a découvert un restaurant très sympathique, avec un excellent chef.  Le Gourmandin, c’est une petite maison qui donne faim.
 
Philippe Callet : Les Marolles, c’est le cœur du vieux Bruxelles, le marché aux puces, des tas de magasins inattendus, et un restaurant qui a réussi à vous séduire. Pourquoi ?
 
Jacques Kother : Il s’appelle Le Gourmandin. C’est un petit resto-bistrot très sympathique, avec un  jeune chef-propriétaire qui s’appelle Jean-Bernard Van Hauw, qui cuisine remarquablement bien et qui soigne son décor, ses assiettes, sa cuisine et ses vins.
C’est bon à retenir.
J’y suis allé incognito et – premier bon point – le vin du patron n’est pas une affreuse bibine sans âme et sans intérêt, dont le prix n’excuse jamais la médiocrité, mais un très bon vin de pays, un Côtes de Thongue, une appellation méconnue du Languedoc Roussillon, qui commence bien et qui finit aussi bien au palais, avec de la rondeur, de la fraîcheur, beaucoup d’aménité.
La carafe d’un quart de blanc coûte 6,50 euros.
Avouez que c’est une bonne affaire.
 
Philippe Callet : Donc on y boit bien. Mais qu’est-ce qu’on y mange ? Quel est le genre de cuisine du Gourmandin ?
 
Jacques Kother : Beaucoup de poisson avec recherche. Et dans le cadre de ma campagne contre la vie chère, je vous dirai que le plat du jour, c’est 9 euros. Le lunch est à 14 euros 50, avec hier une salade tiède d’espadon et un navarin de poisson. C’est tentant.
Il y a aussi des viandes, comme le charolais rôti à la crème de morilles, le coucou de Malines farci aux écrevisses et servi avec un jus au cresson, ou de l’agneau avec une sauce à l’ail doux. Et naturellement des menus plus chers, à partir de 25 euros.
 
Philippe Callet : Il paraît que ce bon chef belge a travaillé en France ?
 
Jacques Kother : Jean-Bernard, le chef, a fait ses classes notamment au Lavandou et à Lyon. Sa cuisine est ouverte sur la salle, la carte est courte volontairement, et c’est très bien ainsi. C’est très sympa. Avant, c’était une ancienne boucherie. C’est devenu une des adresses-phares des Marolles. Le problème, à midi, c’est de se garer. Mais on peut utiliser le parking de la place Poelaert, en face du palais de justice et descendre par l’ascenseur. On arrive directement à côté du restaurant mais, attention, ce parking ferme à 22 heures, preuve qu’on n’encourage pas vraiment le Brussels by night.
 
Philippe Callet : Votre impression générale ?
 
Jacques Kother : De la nappe à l’assiette, des vins à la cuisine, des petits pains chauds aux fromages bien choisis et aux excellents desserts de pâtissier, rien que du bonheur. Monsieur Eric Dery assure le service avec le sourire. C’est une petite maison qui donne faim et toutes les dames aimeront sans doute le moelleux de homard ou le foie gras maison avant d’aller lécher les vitrines des environs et du Sablon.
C’est un coin du vieux Bruxelles à découvrir si on ne le connaît pas. Et c’est l’occasion de gourmander au Gourmandin…sans se faire plumer. 

Le Gourmandin
Rue Haute 152
1000 Bruxelles
Tél. 02/ 512 98 92
Fermé samedi midi, dimanche soir et lundi.
 
 








Cet article provient de 'Le Guide des Connaisseurs'
http://www.leguidedesconnaisseurs.be

L'URL de cet article est:
http://www.leguidedesconnaisseurs.be/article1239.html