1837. Adieu à Grimod de la Reynière
Sujet: Le Petit Journal

Né en 1758, l’écrivain et gastronome français Grimod de la Reynière disparaît en cette année 1837. 
On peut le considérer comme le père de la chronique gastronomique.
Il était jurisconsulte, comme Brillat-Savarin. Ecrivain spirituel, amateur de farces énormes, il aimait passionnément le théâtre, les actrices légères  et la gastronomie.
De 1803 à 1812, il avait publié un « Almanach des Gourmands et des Belles » dont la collection est très recherchée, outre quelques autres ouvrages rares.    
On lui doit quelques réflexions d’époque :
- Le nombre treize n’est fatal à table que lorsqu’il n’y a à manger que pour douze.
- On peut comparer un amphitryon qui ne saurait ni découper ni servir au possesseur d’une belle bibliothèque qui ne saurait pas lire.
- Il y a trop de vin dans ce monde pour dire la messe, mais il n’y en a point assez pour faire tourner les moulins, donc il faut le boire.
- La femme est un mets des dieux quand le diable ne se charge pas de l’assaisonnement.
- Quant à la salière, l’essentiel est qu’elle ne se répande pas dans un bon plat. 
            







Cet article provient de 'Le Guide des Connaisseurs'
http://www.leguidedesconnaisseurs.be

L'URL de cet article est:
http://www.leguidedesconnaisseurs.be/article1863.html