Un vin pour la soif : le Muscadet sur Lie
Sujet: Magnum

Très apprécié chez nous, le Muscadet est un vin parfait pour accompagner poissons, une sole meunière ou de l’anguille fumée notamment, coquillages et fruits de mer.

C’est aussi un agréable apéritif. On le sert bien frais mais non glacé, à 8 ou 9 degrés.

Sur les bouteilles, on lit souvent la mention « sur lie ».

Elle a non seulement une histoire mais aussi une raison d’être.

Vers 1900, les vignerons nantais conservaient tous les ans une barrique de leur meilleur vin, la « barrique de noces », réservée aux grands événements familiaux : mariages, naissances, anniversaires, fêtes variées.

Le vin, contrairement aux autres, était conservé sans soutirage. Et les vignerons avaient bien vite constaté que ce vin semblait plus vif, plus nerveux et surtout qu’il résistait mieux au temps et aux transports.

Le Muscadet sur lie était né.

Pour être « sur lie », le vin doit avoir passé un seul hiver en cuve ou en fût, avoir reposé sur ses lies fines et avoir été mis en bouteille avant le 30 juin qui suit la récolte.

Le vin, trouble au départ, se clarifie lentement au cours de l’hiver et les particules en suspension, principalement des levures qui ont achevé leur travail de transformation des sucres en alcool, se déposent sur le fond et constituent ce qu’on a appelé les lies fines.

On dit qu’un bon Muscadet doit « faire ses pâques » avant d’être mis en bouteilles.

Il l’est directement, sans soutirage. Le vin conserve ainsi de minuscules bulles de gaz carbonique qui excitent les papilles, exaltent les arômes, donnent au vin fraîcheur et vivacité.

C’est ce qu’on attend d’un bon muscadet sur Lie.

C’est un vin sans verdeur, aromatique avec de la rondeur et une touche minérale

Simple et séduisant    







Cet article provient de 'Le Guide des Connaisseurs'
http://www.leguidedesconnaisseurs.be

L'URL de cet article est:
http://www.leguidedesconnaisseurs.be/article2169.html