1976. L’inspirateur de la «nouvelle cuisine française», c’est Bocuse
Sujet: Le Petit Journal

«Nous n’avons pas inventé la nouvelle cuisine française», écrivent en 1976 les deux célèbres chroniqueurs gastronomiques parisiens, Henri Gault et Christian Millau.
Et ils content l’origine de cette découverte (au début des années 70).
C’était chez Paul Bocuse, à Lyon. Après un déjeuner copieux, les deux journalistes étaient revenus le soir pour dîner, en réclamant “quelque chose de léger”.
Bocuse disparut dans sa cuisine.
«Il est revenu peu après avec une salade de haricots verts. A première vue, cela ne nous disait pas grand-chose. Les haricots verts en salade, ça fait un peu cantine, un peu nursery. Avec du beurre, ça peut passer - mais tout juste. Or, cette salade de Bocuse était tout simplement géniale ! Les haricots verts croquants avaient une odeur de jardin, une saveur exceptionnelle. C’était grandiose dans l’extrême simplicité. Après sont arrivés des petits rougets de roche, cuits à la perfection, c’est-à-dire très peu cuits, fermes, avec tous les parfums de la mer. La nouvelle cuisine existait et nous venions de la rencontrer.»
Vers la même époque, les frères Troisgros, cuisiniers-restaurateurs à Roanne, lancent le « service à l’assiette», dressée  en cuisine et apportée, sous cloche ou non, directement à table. C’est l’ultime avatar du service des mets, après le service à la russe, adopté au XIXe siècle, et qui permettait de manger chaud, et le service à la française, où tous les plats étaient déposés sur la table, pour le coup d’œil.








Cet article provient de 'Le Guide des Connaisseurs'
http://www.leguidedesconnaisseurs.be

L'URL de cet article est:
http://www.leguidedesconnaisseurs.be/article2265.html