1870. Les savants proposent du … rat
Sujet: Le Petit Journal

 Paris est assiégé.

Les Parisiens manquent de tout.

Le jour de Noël, le célèbre restaurant Voisin propose à ses clients le menu suivant : Hors d’œuvre : beurre, radis, tête d’âne farcie, sardines – Potages : purée de haricots rouges aux croûtons, consommé d’éléphant (celui du zoo) – Entrées : goujons frits, chameau rôti à l’anglaise, civet de kangourou, côtes d’ours sauce poivrade – Rôtis : cuissots de loup sauce chevreuil, le chat flanqué de rats, salade de cresson, la terrine d’antilopes aux truffes, cèpes à la bordelaise, petits pois au beurre – Entremets : gâteau de riz aux confitures – Dessert : fromage de Gruyère.

Retenons-en «le chat flanqué de rats» et que le fromage vient après le plat sucré.

En cette même année 1870, le «Journal du Siège» publie cet article significatif mais étonnant :

«L’Académie des Sciences fait une importante manifestation gastronomique en faveur des rats de Paris. Des savants se sont attablés afin de déraciner les vieux préjugés de la cuisine française. C’est dire qu’ils ont mangé à des sauces diverses, du cheval, du chien, du chat et du rat.

«Le rat a été trouvé incomparablement supérieur aux autres sujets.

«A dater d’aujourd’hui, le rat, consacré par l’Académie des Sciences, devient un aliment de haut goût que la ville entière adoptera. Rat en rôti, rat en ragoût, rat en pâté, rat en salmis, rat en salade, rat émincé, c’est donc tout un monde !

«Suprême consolation ! La statistique constate qu’il y a en ce moment vingt-cinq millions de rats dans Paris.

«Vingt-cinq millions de rats, c’est la viande sur la planche pour une année s’il le faut.»

Il est vrai que le célèbre César Ritz, lui-même, affirmera que le rat peut rivaliser avec le porc rôti…









Cet article provient de 'Le Guide des Connaisseurs'
http://www.leguidedesconnaisseurs.be

L'URL de cet article est:
http://www.leguidedesconnaisseurs.be/article2318.html