La Brasserie L’Ommegang à Bruxelles : 3 étoiles pour plat du jour
Sujet: Coup de coeur

Chaque vendredi, sauf en été, dans «Demandez le programme» (entre 8h 30 et 9h), animé par Philippe Callet, Jacques Kother, du magazine gastronomique Le Guide des Connaisseurs, qui est aussi le chroniqueur gastronomique de Bel RTL, donne sur l'antenne de Bel RTL sa bonne adresse hebdomadaire. Il a redécouvert cette semaine ce qu’il considère comme le meilleur plat du jour dans le centre de Bruxelles, au cœur même de la capitale, à la Brasserie L’Ommegang, juste en dessous du fameux restaurant «La Maison du Cygne».

Philippe Callet: Retour de la cuisine bourgeoise actualisée et de la cuisine de bistrot. C’est le thème que vous avez choisi cette semaine et vous avez fait des découvertes qui mettent le vin à la bouche…

 

Jacques Kother : J’ai eu aussi malheureusement quelques mésaventures, notamment dans un petit restaurant dont je ne citerai pas le nom et où je déjeunais incognito : des moules annoncées comme des jumbos mélangées à des moules minuscules,  c’est évidemment moins cher, du faisan à la brabançonne servi avec des chicons mollassons et pleins d’eau, et une sauce crème, qui n’a rien à faire dans cette recette classique, pour camoufler sans doute du faisan  qui n’avait pas dû quitter sa cage. Bref, un désastre expliqué ainsi par le chef : les clients, qui n’y connaissent rien, le veulent ainsi. Dommage que ce chef ne soit pas un résistant du goût.

 

Philippe Callet: Un mot de ce qu’on pourrait appeler la nouvelle cuisine de bistrot. Un des plus grands chefs parisiens, Yves Camdeborde, vient de publier un beau livre intitulé « Simplement Bistrot » aux Editions Michel Laffont et c’est bon signe…

 

Jacques Kother: Pas de bonne cuisine sans bons produits et sans respect du meilleur de la tradition. Yves Camdeborde qui dirige un fameux bistrot parisien nous régale avec une volaille de ferme rôtie pochée au beurre de persil et ail, avec sa brandade au céleri-rave et haddock fumé, avec ses pommes de terre farcies d’escargots au parfum de fenouil, avec son  hamburger au foie gras et avec des desserts superbes comme le savarin à l’armagnac  et les crêpes fourrées aux framboises servies avec un coulis au chocolat blanc. Ca donne faim. Et je recommande  donc cet excellent livre d’Yves Camdeborde : « Simplement Bistrot » paru chez Michel Laffont.

 

Philippe Callet: Vous avez aussi redécouvert cette semaine ce que vous considérez comme le meilleur plat du jour dans le centre de Bruxelles, au cœur même de la capitale.

 

Jacques Kother : C’est sur la célèbre Grand’Place, juste en dessous du fameux restaurant « La Maison du Cygne », et ça s’appelle L’Ommegang.

C’est la même cuisine que celle de la Maison du Cygne, avec un très grand chef talentueux et archi-doué qui s’appelle Donald Loriaux mais, tenez-vous bien, c’est nettement moins cher.


Donald Loriaux

Philippe Callet: C’est-à-dire ?

 

Jacques Kother : Un imposant et savoureux plat du jour, c’est 20 euros, avec ½ bouteille d’eau comprise. Un verre d’excellent vin, c’est 6 euros. On peut s’arrêter là. Et manger dans un endroit exceptionnel, avec un service parfait, très attentif, pour 26 euros. Si vous ajoutez un dessert, c’est 8 euros. On en a pour son argent ; la devise de l’Ommegang est d’ailleurs «Réconcilier plaisir et porte-monnaie».

 

Philippe Callet: Le problème de l’Ommegang, c’est qu’on peut passer devant sans savoir que c’est un endroit unique…

 

Jacques Kother : Il faut en effet le découvrir. Pas de signalisation extérieure. On entre à la Maison du Cygne, on grimpe quelques marches et on y est. C’est l’Ommegang. Aujourd’hui, à midi, pour 20 euros, vous aurez un dos de cabillaud parfumé aux deux citrons et au laurier frais, avec une mousseline de pommes de terre aux olives. Hier, j’ai pu savourer une aile de raie avec une garniture relevée de câpres, quelques coquillages, quelques moules, et une cuisson parfaite pour un plat très copieux, mais très raffiné, servi avec une purée qui était pure gourmandise bien beurrée.

C’était impeccable.

 

Philippe Callet: Donald Loriaux, le chef, propose chaque jour un plat du jour différent bien entendu.

 

Jacques Kother : Ça peut être un jarret de veau braisé à la tomate et au basilic, ou du coucou de Malines préparé comme un coq au vin, servi avec des coquillettes au foie gras. Les desserts sont d’une invention rare et atteignent à la perfection. C’est à ne pas rater pour un prix qui est inférieur à celui de nombreux petits ou moyens restaurants. On est ici, sans lourdeurs, dans une certaine idée moderne de la cuisine française classique et il existe à côte de ces plats du jour une petite carte pour toutes les envies, tartare de bœuf, noix d’entrecôte ou solettes meunière… Rien que du bonheur !

 

Philippe Callet: L’Ommegang est fermé les samedis et dimanches et le soir.

 

Jacques Kother : Oui, mais je vous le dis en confidence, on peut commander les mêmes plats le soir, au même prix, à La Maison du Cygne. Il suffit de le demander. Mais ne le répétez pas !

 

L’OMMEGANG

Rue Charles Buls, 2 à 1000 Bruxelles.

Tél. 02/ 511 82 44.

 









Cet article provient de 'Le Guide des Connaisseurs'
http://www.leguidedesconnaisseurs.be

L'URL de cet article est:
http://www.leguidedesconnaisseurs.be/article2511.html