Friture René à Anderlecht: pour avoir la frite!
Sujet: Coup de coeur

Chaque vendredi, sauf en été, dans «Demandez le programme» (entre 8h 30 et 9h), animé par Philippe Callet (aujourd’hui Bérangère Devos), Jacques Kother, du magazine gastronomique Le Guide des Connaisseurs, qui est aussi le chroniqueur gastronomique de Bel RTL, donne sur l'antenne de Bel RTL sa bonne adresse hebdomadaire. Il s’est régalé d’un excellent et copieux «moules-frites» à la Friture René à Anderlecht,  un restaurant typiquement bruxellois.

 

Bérangère Devos : Nous allons aborder un sujet qui tient au cœur de tous les Belges : la frite. Et la question qui intéresse tout le monde, c’est : sommes-nous vraiment les inventeurs des pommes frites car pour le monde entier, la frite est belge…

 

Jacques Kother : La version la plus romantique veut qu’à la fin du XVIIe siècle, les habitants des bords de la Meuse mangeaient beaucoup de poissons frits. Lorsque la pêche était mauvaise, quand le fleuve était gelé, ils coupaient des pommes de terre en forme de poissons et les faisaient frire. La frite serait donc wallonne… Mais si l’histoire est sympathique, avouons qu’on n’en est pas vraiment certain.

 

Bérangère Devos : Raison de plus pour tester une friterie bien bruxelloise, qui arbore fièrement son nom depuis presque un siècle : la friture René. C’est à Anderlecht, place de la Résistance.

 

Jacques Kother : Où mieux résister au froid ? J’ai donc choisi cette semaine de vous parler d’un endroit typiquement bruxellois où les moules sont très bonnes et les plats copieux. Rien de tel pour se réchauffer. On mange sur des toiles cirées, carrelages crème aux murs, miroirs, tableaux à l’ancienne, plusieurs salles dont une plus intime, tout au fond du restaurant, cuisine en vue et serveuses efficaces et plutôt mignonnes.

 

Bérangère Devos : Rien de guindé mais les plats sont tous faits maison.

 

Jacques Kother : On a l’impression de manger la même chose que nos grands-parents : viandes rouges, boulettes sauce tomate, des huîtres de qualité réservées aux nantis, mais on peut choisir entre plusieurs préparations de moules, marinière ou vin blanc ail  et crème ou encore pastis et crème. Les croquettes aux crevettes sont débonnaires, l’américain est très convenable, les moules sont parfaites et la dame blanche très agréable.

 

Bérangère Devos : C’est cher ?

 

Jacques Kother : On y boit surtout de la bière à 2 euros 20, mais la carte des vins est aguichante et variée avec quelques bouteilles à moins de 18 euros. Les moules marinière sont à 22,90, les autres un peu plus chères.  J’ai payé une trentaine d’euros par personne avec entrée, plat, dessert.  Clientèle du quartier et bon chic bon genre. C’est un endroit qui n’est pas fait pour les intellos de la cuisine créative, pour les appétits timorés, pour les fines fourchettes et pour les snobs. C’est populaire et c’est artisanal. Si on veut s’en mettre jusque-là, sans chichis, sans esbroufe, et sans honte, c’est une vraie bonne adresse.

 

 

Friture René – Place de la Résistance 14 à 1070 Bruxelles (Anderlecht)

Tél. 02/ 523 28 76.

Fermé lundi soir (sauf en été) et mardi.









Cet article provient de 'Le Guide des Connaisseurs'
http://www.leguidedesconnaisseurs.be

L'URL de cet article est:
http://www.leguidedesconnaisseurs.be/article2567.html