Une idée moderne : les accords mets-vins
Sujet: Magnum

L’écrivain-gastronome belge, Maurice des Ombiaux le constatait déjà en 1936 : «L’accord des vins et des mets est essentiel. C’est en gastronomie, une acquisition assez récente.» Et en 1939, Pierre Andrieu publiait une «Théorie et pratique de l’ordonnance des vins dans le menu». Il condamnait l’usage de servir avec le potage des vins sucrés et alcoolisés et les reportaient sur les desserts. Il conseillait d’ouvrir l’appétit avec un bon champagne ou un vin blanc sec. Il proscrivait le fameux «trou normand» et suggérait à la place une «gorgée d’eau bien fraîche». Il réhabilitait le vin rouge à servir avec des poissons braisés ou pochés avec lui. Il affichait une préférence pour le vin blanc avec les viandes blanches en sauce et les volailles bouillies. Avec le faisan truffé, il appréciait le Chambertin, le Musigny avec la bécasse et le Corton avec le perdreau.









Cet article provient de 'Le Guide des Connaisseurs'
http://www.leguidedesconnaisseurs.be

L'URL de cet article est:
http://www.leguidedesconnaisseurs.be/article2790.html