Le kiwaï, un baby kiwi belge plein de promesses
Sujet: L'actualit? gourmande



Un nouveau fruit fait son apparition sur le marché belge : le kiwaï, ou Actinidia arguta, un petit kiwi de la taille d’un grain de raisin. Contrairement au kiwi ordinaire, le kiwaï possède une peau fine et lisse, ce qui permet de croquer le fruit tout entier, à la manière d’une groseille ou d’un raisin. Côtés valeur nutritionnelle et goût, il offre une douceur qui n’a rien à envier au kiwi normal. La nouvelle variété de fruit est appelée à devenir un important levier économique pour le secteur fruiticole belge. Vous trouverez le kiwaï chez Colruyt.

 

Une politique d’innovation


C’est un événement : la première récolte belge de kiwaïs, qui représente 11 ha de culture, vient d’être présentée par les fruiticulteurs affiliés à la criée de fruits et légumes Profruco en présence du
Ministre-Président Kris Peeters, qui a activement soutenu le projet. Par sa politique d’innovation, le Ministre-Président joue un rôle de premier plan dans la recherche et la culture du kiwaï en Flandre. Le projet s’inscrit dans son intention de faire de l’agriculture et de l’horticulture un secteur de pointe. Cette innovation majeure pour la culture fruitière belge est le résultat d’une intense collaboration entre la coopérative fruiticole Profruco, le département agronomique de la Haute Ecole de Gand et la province de Flandre orientale.



Le kiwaï aime le plein air


Fait remarquable, le kiwaï pousse très bien sous notre climat tempéré. Les kiwis que nous trouvons aujourd’hui dans nos magasins sont originaires de Nouvelle-Zélande, d’Italie ou de France. Le kiwi classique ou Actinidia deliciosa a besoin d’un climat chaud. Le kiwaï, en revanche, que l’on appelle parfois aussi «kiwi de Sibérie», est cultivé sans problème en plein air et de manière intégrée grâce à certaines techniques de culture adaptées.

Et solide avec ça : cette variété de fruit résiste très bien aux maladies et aux épidémies qui frappent les fruits et offre dès lors de belles perspectives en matière de culture biologique.

Le kiwaï est distribué avec le concours de groupe de commerce de gros William De Witte et est vendu dans les magasins du groupe Colruyt.



Délicieux et nourrissant

 
Avec sa haute teneur en sucre, le petit kiwaï peut être mangé tel quel, sans être pelé ni coupé. Mais il s’associe aussi avantageusement aux fraises, aux raisins et aux fruits rouges dans les desserts. Sa chair douce et juteuse, présente une délicieuse saveur sucrée. Le choix des variétés dans les plantations garantit par ailleurs une belle diversité de formes et de couleurs. A l’instar du kiwi traditionnel, le kiwaï est riche en vitamine C et en sels minéraux comme le calcium, le magnésium et le manganèse. Sa teneur en vitamine C est en moyenne deux fois plus élevée que celle d’un citron. Il est une véritable mine d’antioxydants, très riche en polyphénols. Le kiwaï contient 300 ppm de polyphénols, soit 1,4 plus qu’un kiwi ordinaire et 8,8 fois plus qu’une pomme. Côté sucres, le kiwaï affiche également des valeurs remarquables, puisqu’il contient notamment du glucose, du fructose et du sucrose en proportions équilibrées.

 

Des étoiles pour le kiwaï

 

« Cette grande première pour la culture fruitière belge est un magnifique exemple de culture novatrice, bénéfique à l’ensemble de la filière. Le consommateur bénéficie de tous les avantages du kiwi, sans pâtir de ses inconvénients, et le secteur fruiticole et la distribution profitent pour leur part des atouts économiques d’un produit de niche fort, au potentiel commercial prometteur. Grâce à la coopération optimale entre Profruco, la Haute Ecole de Gand, l’administration de la province de Flandre orientale et le gouvernement flamand, la Belgique compte désormais une variété de fruit supplémentaire», a déclaré Filip Debersaques de la Haute Ecole de Gand, département des sciences agronomiques et de l’architecture de paysage.

Le chef étoilé Wouter Van der Vieren, du restaurant Clandestino à Haasdonk, développe actuellement une série de recettes autour de ce nouveau produit.

 

Coopération internationale

 

Pour permettre au kiwaï d’acquérir pleinement son statut d’alternative savoureuse  et commercialement intéressante au kiwi traditionnel Profruco collabore étroitement avec des cultivateurs de divers pays européens comme la France, l’Autriche, la Suisse et le Pays-Bas, qui travaillent tous avec des variétés ouvertes et accessibles à chacun. Les nouveaux producteurs ne doivent donc pas investir lourdement dans l’achat de plants.

La collaboration internationale accélère également les travaux de recherche en matière de nouvelles techniques de culture. Elle favorise la commercialisation sous un logo de qualité international et l’échange de savoir-faire.

 




 









Cet article provient de 'Le Guide des Connaisseurs'
http://www.leguidedesconnaisseurs.be

L'URL de cet article est:
http://www.leguidedesconnaisseurs.be/article2807.html