1935. Un connaisseur anglais dans les vignobles de France
Sujet: Le Petit Journal

Charles Walter Berry vient de publier, en cette année 1935 à Londres, un livre absolument  remarquable qui est un véritable reportage sur les vignobles français : In Search of wine. A Tour of the vineyards of France  (A la recherche du vin. Un voyage à travers les vignobles de France.) London. Constable and Co.
L’auteur dirige une des plus importantes maisons de vins de la Cité et le négociant se double en lui d’un excellent écrivain.
Montesquieu et Buffon n’étaient-ils pas marchands de vins ?
Si l’objet de son voyage est d’acquérir quelques bouteilles de choix pour ses clients et amis, de se rendre compte de la qualité des dernières récoltes, il n’hésite jamais à faire un détour pour admirer un beau site, un monument historique, une cité pittoresque ou quelques souvenirs de la guerre 14-18 qu’il a faite en qualité d’aviateur.
Son itinéraire le conduit successivement en Champagne, en Bourgogne, en Morvan, en Touraine, en Anjou, dans les Charentes, à Bordeaux, dans le Gers et le Périgord, en Languedoc, en Provence, dans la vallée du Rhône, en Beaujolais et en Mâconnais, dans le Jura, pour revenir à nouveau par la Bourgogne, à Paris et à Calais.
Partout, il trouve des correspondants qui, pour la plupart, sont ses amis ou le deviennent. On le renseigne sur la nature du sol, sur les cépages, les procédés de vinification, les qualités et les défauts du vin selon les années, tous renseignements dont il fait profiter le lecteur.
En dégustateur consommé, il ne manque jamais de donner son avis. M. Berry aime surtout les vins secs et, tout en appréciant à leur haute valeur les vieilles bouteilles des grandes années, il ne dédaigne pas les vins jeunes, voire les petits vins de pays.
Parmi les vins liquoreux, il fait exception pour les grands Sauternes, les grands Monbazillac, les Jurançon, les muscats de Frontignan et autres vins de dessert.
A propos du Frontignan, il note qu’on le trouve rarement sur la carte des restaurants. A Avignon, lorsqu’il en demande, on lui propose un Porto... de Malaga !
Parmi les alcools, il prise peu le marc, admet l’Armagnac quand il n’est pas trop foncé ou trop rude, mais place le Cognac naturel au-dessus de tout, quand il ne s’agit pas d’une “fine maison” chargée de caramel ou d’un vulgaire “Trois Etoiles” digne tout au plus d’un brandy and soda.
A Bordeaux, il trouve sur une table, “à titre de propagande”, une bouteille de Château Latour à 12 francs. C’était du 1930, une des plus mauvaises années. Quelle détestable propagande ! Un consommateur peu averti, jugeant sur ce médiocre échantillon d’un grand cru, emportera une bien mauvaise opinion des vins de Bordeaux.
Presque toujours, il n’a eu qu’à se louer de la complaisance des patrons et du personnel, mais trop souvent le service de table était défectueux, les plats arrivant froids et les vins pas assez frais. La cuisine fut à peu près partout trouvée excellente et certains menus lui ont laissé des souvenirs impérissables.
Il ne manque jamais de noter les traits de mœurs qui l’enchantent ou qui le choquent. Il trouve déplaisant d’avoir comme voisins des enfants mal élevés, turbulents et criards, plus déplaisant encore d’avoir à la table voisine une dame trop parfumée, dont les effluves odorants l’empêchent de goûter le vin et vont jusqu’à annihiler l’arôme du fromage.
A Aire-sur-l’Adour, il a été outré de voir une dame se poudrer la face, sortir son bâton de rouge pendant le repas et laisser la trace sanglante de ses lèvres sur la serviette.
Ce qui l’a absolument révolté fut de voir une dame fumer pendant le dîner. Il devrait y avoir une salle spéciale pour des clients aussi dépourvus d’éducation.
Rien ne nous renseigne mieux sur les mœurs du temps que les récits de voyage des touristes étrangers. Nos petits-neveux, en lisant l’ouvrage de M. Charles Walter Berry, auront une idée très exacte du tourisme en France au début du XXe siècle.








Cet article provient de 'Le Guide des Connaisseurs'
http://www.leguidedesconnaisseurs.be

L'URL de cet article est:
http://www.leguidedesconnaisseurs.be/article2910.html