A table, Malherbe manquait de poésie
Sujet: Dr?le d?Histoire?

Le poète Malherbe (1555-1628) avait un appétit solide. «J’ai toujours eu de quoi dîner, affirmait-il, mais pas de quoi laisser dans les plats.»
Il manquait également de politesse. Le poète Mathurin Régnier l’invita un jour chez son oncle, Philippe Desportes, poète lui aussi. Avant de passer à table, celui-ci voulut gentiment le mener à sa bibliothèque pour lui offrir un exemplaire de ses «Psaumes» qu’il venait de faire éditer.
Malherbe lui dit sèchement qu’il les avait déjà lus et qu’ils ne méritaient pas la peine de monter, « pour la bonne raison que son potage valait mieux que ses psaumes ».
Il ne revit plus jamais Régnier ni Desportes.
Chez Monsieur de Bellegarde, on lui servit un faisan avec la tête, la queue et les ailes. Malherbe prit ces garnitures et les jeta au feu.
« Mais, dit le maître d’hôtel, on va le prendre pour un chapon ! »
« Et bien mordieu, répondit Malherbe, mettez-lui donc un écriteau ! »








Cet article provient de 'Le Guide des Connaisseurs'
http://www.leguidedesconnaisseurs.be

L'URL de cet article est:
http://www.leguidedesconnaisseurs.be/article648.html