1830. Tortoni, à Paris, le rendez-vous des dandies
Sujet: Le Petit Journal

Le 15 décembre 1830 : ouverture à Paris du restaurant Tortoni.
Tortoni, c’est le nom du propriétaire.
Son établissement devient immédiatement le rendez-vous de toute une jeunesse plus ou moins dorée qui se ruine pour suivre la mode et se distinguer.
Un dandy, un “lion”, digne de ce nom, arrête son tilbury ou son anglo-arabe - nouveau mélange de sang - à côté d’un landau-phaéton pour être à l’heure sacrée du rendez-vous mondain : onze heures du matin.
Les hommes d’affaires commandent les plats choisis au buffet si bien garni de viandes froides, de coquilles de poissons et de la fameuse fricassée de poulet glacé.
Les serveurs sont impeccables, lèvres serrées, discrétion absolue.
Ils vont, agiles, en vestes et sans tablier.
Il sera aussi très “chic” - ce nouveau mot fait fureur ! -, pour une élégante, d’immobiliser son landau en bordure de trottoir pour s’y faire apporter une crème glacée.
Après le déjeuner, Tortoni est brusquement vide.
C’est le soir, après le théâtre et jusque tard dans la nuit, qu’il reprend son éclat, recevant la clientèle le plus bruyante, la plus remarquable et la plus remarquée.
Tout ce qu’on nomme “le Boulevard”: le poète Alfred de Musset,  le beau Roger de Beauvoir, un vrai “lion”, le chroniqueur Aurélien Scholl, l’élégant Nestor Roqueplan, un gastronome, le docteur Véron, amant de la tragédienne Rachel, et directeur de l’Opéra (inventeur aussi, dit-on, du tournedos), des aristocrates, de demi-mondaines, et des courtisanes.
Des gens d’esprit très à la mode, des hommes et des femmes élégants !








Cet article provient de 'Le Guide des Connaisseurs'
http://www.leguidedesconnaisseurs.be

L'URL de cet article est:
http://www.leguidedesconnaisseurs.be/article684.html