1664. Les Hollandais, le vin et le cognac
Sujet: Le Petit Journal

1664 : premier Conseil du Commerce présidé par le roi de France.
Le ministre Colbert y décrit l’énorme importance de la flotte hollandaise, qui domine le commerce de la mer Baltique et de la mer du Nord.
Chaque année, explique Colbert, « les Hollandais viennent dans les rivières de Charente et de Garonne avec plus de quatre mille vaisseaux ».
Et ils achètent d’abord des vins blancs et des vins de haute qualité destinés par tradition aux marchés lointains.
Mais les petits vins les intéressent aussi et ils savent y faire pour les améliorer.
Un certain Jean Eon, en 1646, n’avait-il pas écrit que les Hollandais ont introduit en France des procédés inconnus jusque-là : «Un certain usage de tirer, soutirer, muter et frelater les vins pour les mieux conserver dans le transport et les débiter dans les pays septentrionaux.»
Vous avez dit «frelater» ?
Un mémoire présenté au Parlement de Bordeaux le confirme : «La plupart des propriétaires des vignobles de Bergerac et de Sainte-Foix dont les vins n’étaient propres que pour la Hollande mixionnaient en effet les vins avec du sucre ou du sirop pour les rendre plus doux et qu’ils se hâtaient de les envoyer ainsi en Hollande».
Mais l’achat des vins « faibles » et médiocres a ses limites.
Il y en avait tellement qu’on ne trouvait même plus de tonneaux pour les stocker ni d’acheteurs pour écouler la récolte…
Alors, il ne restait plus qu’une ressource : les convertir en eau-de-vie.
Sous l’influence des Hollandais, la distillation du vin au moyen de l’alambic (spécialité des apothicaires au Moyen Age) allait devenir une activité rurale courante.
Et le cognac allait établir sa réputation.
Jusque-là existait néanmoins une production limitée d’eau-de-vie puisqu’il en arrivait déjà à Anvers en… 1521.








Cet article provient de 'Le Guide des Connaisseurs'
http://www.leguidedesconnaisseurs.be

L'URL de cet article est:
http://www.leguidedesconnaisseurs.be/article994.html