Le Guide des Connaisseurs - Coup de coeur Bienvenue sur Le Guide des Connaisseurs



Traduire cette page en Anglais Traduire cette page en Néerlandais Traduire cette page en Allemand Traduire cette page en Italien Traduire cette page en Espagnol Traduire cette page en Catalan Traduire cette page en Portugais Traduire cette page en Grec Traduire cette page en Arabe Traduire cette page en Bulgare Traduire cette page en Chinois(simplifié) Traduire cette page en Chinois(traditionnel) Traduire cette page en Coréen Traduire cette page en Croate Traduire cette page en Danois Traduire cette page en Finnois Traduire cette page en Hébreu Traduire cette page en Hindi Traduire cette page en Indonésien Traduire cette page en Japonais Traduire cette page en Letton Traduire cette page en Lituanien Traduire cette page en Norvégien Traduire cette page en Polonais Traduire cette page en Roumain Traduire cette page en Russe Traduire cette page en Serbe Traduire cette page en Slovaque Traduire cette page en Slovčne Traduire cette page en Suédois Traduire cette page en Tagalog Traduire cette page en Tchčque Traduire cette page en Ukrainien Traduire cette page en Vietnamien Agrandir la page Réduire la page Fil d'actualité du Guide des Connaisseurs
Rechercher :

Annonces
Vacances en Provence


 

C?est le moment de penser ? vos vacances d??t?. Une suggestion : une splendide

 villa proven?ale de 200 m2 habitables, avec vue imprenable, pour 8 personnes, avec piscine priv?e, dans une propri?t? priv?e de 2,4 hectares, o? coule la rivi?re l?Argens (les enfants peuvent s?y amuser). 4 chambres, 2 salles de bain, 3 w-c. S?jour-salle ? manger de 65 m2 avec feu ouvert et mezzanine
D?tails


Des livres ? manger
Bon App?Trucs! 164 pages de bonheur gourmand au quotidien

Glossaire
A- B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


A la Une
L'Ecole des ChefsL'Ecole des Chefs

·Ĺ’uf en coque sans coque, fondue de poireaux
·Gaufrettes feuilletĂ©es Ă  la coriandre, langoustines rĂ´ties au Tandoori
·Saumon cuit en croustillant, fondue de tomates, herbes et parfum de vanille

Voir toutes les rubriques ?Voir toutes les rubriques ?
Voir tous les articles ?Voir tous les articles ?
Forums de discussionsForums de discussions

Testez votre culture

QUIZ
Jouez avec nous au ?Saviez-vous que??


Vous saurez si vous ?tes un honn?te amateur, un gourmet comp?tent ou un v?ritable expert de la table. 


Coup de coeur

Bruxelles

La Guinguette en Ville:

un succ?s m?rit?


La Guinguette en ville, restaurant tout r?cemment ouvert au B?guinage ? Bruxelles m?rite le d?placement. Tripadvisor, sur le Net, a eu le coup de foudre et n?a pas h?sit? ? d?j? le classer 13?me sur 2231 restaurants ? Bruxelles. On approuve. La belle Ellen Branellec en salle (c?est la patronne) et son fils Paul en cuisine avec Timmy, provoquent  des ?tincelles qui  font l?unanimit?.. Lire


Le clin d?oeil
En 1895, ŕ Londres, une femme du monde, lady Essex, a eu l’audace, la premičre, de fumer une cigarette au restaurant. Plusieurs personnes sont montées sur leur chaise pour contempler le spectacle.

Sondage express
Quel est, ŕ votre avis, le guide annuel des restaurants le plus pratique et le mieux fait en Belgique ?

Le Michelin
Le Delta
Le Lemaire
Le Gault-Millau



Votes 20314

Gastrologie

Bélier *21 Mars - 19 Avril* Taureau *20 Avril - 20 Mai* Gemeaux *21 Mai - 21 Juin*
Cancer *22 Juin - 22 Juillet* Lion *23 Juillet - 22 Aout* Vierge *23 Aout - 22 Septembre*
Balance *23 Septembre - 23 Octobre* Scorpion *24 Octobre - 22 Novembre* Sagittaire *23 Novembre - 21 Decembre*
Capricorne *22 Decembre - 19 Janvier* Verseau *20 Janvier - 18 Fevrier* Poisson *19 Fevrier - 20 Mars*


 
Le Guide des Connaisseurs: Coup de coeur

Aller ŕ l'accueil  Aller ŕ l'accueilChoisissez un nouveau sujet  Choisissez un nouveau sujetGlossaire de la Rubrique Coup de coeur  Glossaire de la Rubrique Coup de coeur
Rechercher :

Chez Stans à Bruxelles, le steak d’un grand comédien

Chaque vendredi, sauf en Ă©tĂ©, dans «Demandez le programme» (entre 8h 30 et 9h), animĂ© par Philippe Callet, Jacques Kother, du magazine gastronomique Le Guide des Connaisseurs, qui est aussi le chroniqueur gastronomique de BEL RTL, donne sur l'antenne de BEL RTL sa bonne adresse hebdomadaire. Pour la première Ă©mission de la nouvelle saison, il a choisi "Chez Stans", un restaurant bien bruxellois qui vient d’être repris par un homme d’affaires et qui propose la cĂ©lèbre recette de steak que le comĂ©dien Jean Nergal avait confiĂ©e Ă  l’ancien Stans il y a une trentaine d’annĂ©es. 


Une vue de la salle de Chez Stans
 

Philippe Callet : Signalons d’abord la sortie du magazine Le Guide des Connaisseurs, dont le nouveau numĂ©ro est chez les marchands de journaux, avec une amusante caricature de Pierre Kroll en couverture et une redĂ©couverte historique : le steak Nergal…

 

Jacques Kother : Nous publions la recette. C’est un gros steak avec une sauce tomatĂ©e, oignons, ail, cĂ©leri, vodka, crème fraĂ®che. Jean Nergal, qui lui a donnĂ© son nom, Ă©tait un grand comĂ©dien barbu, une sorte de Gargantua, qui avait jouĂ© avec talent sur toutes les scènes bruxelloises et qui a dirigĂ© le théâtre du Parc de 1970 Ă  1987, jusqu’à sa mort. Nergal, qui Ă©tait très gourmand, avait donnĂ© son nom Ă  ce fameux steak et aussi Ă  une recette de homard servi avec une sauce hollandaise enrichie d’éclats de petits lĂ©gumes.

Il aimait les sauces riches et les comédiennes spirituelles et le mélange de homard avec une sauce crémeuse est irrésistible.

 

Philippe Callet : Le steak Nergal n’a pas disparu. On le trouve aujourd’hui dans un restaurant bien bruxellois, Chez Stans, qui Ă©tait frĂ©quentĂ© naguère par les comĂ©diens, les vedettes françaises de passage, et beaucoup de journalistes.


Daniel Verhoeft et Jean-Claude Vankriekenveld, dit Cootie

Jacques Kother : Chez Stans avait fermĂ© ses portes, après le dĂ©cès du patron, en 1980. Il vient d’être repris par un homme d’affaires, Daniel Verhoeft, qui veut maintenir la tradition avec un chef de qualitĂ©, Jean-Claude Vankriekenveld.

C’est un restaurant très convivial, avec un mobilier rustique, des nappes Ă  carreaux, des boiseries anciennes, des fresques Ă©voquant le théâtre, une vaste terrasse. C’est ouvert 7 jours sur 7. C’est sympathique. C’est Ă  l’ancienne et ce n’est pas très cher, sauf les alcools, comme partout, et les bouteilles de vin qui commencent Ă  28 euros, alors que 19-20 euros, ce serait bien. 


La terrasse

On y trouve le fameux steak Nergal pour 17 euros avec des frites maison, mais aussi des huîtres, des moules gratinées, des croquettes de crevettes ou au fromage, des paellas, une salade niçoise, des préparations de homard.

Bref, une cuisine sans chichis, bien savoureuse, traditionnelle et qui tient au corps. On peut y boire une bière ou du vin au verre en songeant Ă  la phase de Jean Carmet : « La seule arme que je tolère, c’est le tire-bouchon. Â»

 

Philippe Callet : Et c’est donc un endroit qui a une histoire, une lĂ©gende.

 

Jacques Kother : C’est une maison de gourmandise, sans snobisme, avec une cuisine qui n’a rien de molĂ©culaire ni d’ubuesque, qui n’incite pas Ă  la compassion mais Ă  la confiance car elle plaisait dĂ©jĂ  Ă  nos parents et Ă  nos grands-parents. C’est une cuisine du souvenir qui ne dĂ©shabille pas l’assiette. Elle rĂ©clame respect et bon appĂ©tit mĂŞme si elle n’aura jamais d’étoile.

Et c’est tant mieux !

 

 

CHEZ STANS

Rue des Dominicains, 12-14

1000 BRUXELLES
TĂ©l. 02/ 502 05 30

www.restaurantchezstans.be

Accès aux personnes moins valides.
Chiens bienvenus.

 

 

 

 

 

 

 

    


Coup de coeur - 07/09/2007 - Le Guide des Connaisseurs©

(Lire... | 1 commentaire | Format imprimable  Envoyer cet article ŕ un(e) ami(e))

Petit déjeuner exquis dans Le Jardin Indien du Métropole à Bruxelles

    


La lumière suscite l’optimisme et elle élimine le stress.

Xavier Damster, qui dirige le prestigieux hĂ´tel MĂ©tropole, construit en 1894, Ă  Bruxelles, l’a bien compris en ouvrant « Le Jardin Indien Â», une nouvelle salle consacrĂ©e aux petits dĂ©jeuners. D’anciens Ă©lĂ©ments dĂ©coratifs d’inspiration indienne ont Ă©tĂ© dĂ©couverts, par hasard, dans les caves de l’hĂ´tel et ont repris leur place dans cet espace blanc magnifique et très lumineux, avec vue sur la place de Brouckère, et qui offre de 6 h 30 Ă  10 h 30 un immense buffet très convivial. Il sera bientĂ´t ouvert au public extĂ©rieur et nous l’avons dĂ©jĂ  testĂ©.

  

Prendre son petit dĂ©jeuner (pantagruĂ©lique, très variĂ© et raffinĂ©) dans un palace qui a reçu toutes les cĂ©lĂ©britĂ©s du monde entier, est un luxe et un grand moment de plaisir. Il en coĂ»te 28 euros. C’est de l’argent bien placĂ© qui permet en outre, gratuitement, de dĂ©couvrir les salles grandioses de ce monument historique, le bar « Le 19ème Â», ouvert en semaine jusqu’à deux heures du matin et le week-end jusqu’à 22 heures, et le merveilleux restaurant, L’Alban Chambon, qui permet d’apprĂ©cier la cuisine exceptionnelle (nouvelle carte) d’un des plus grands chefs, Dominique Michou, qui est lĂ  depuis le 1er avril 1989 (Le Jardin Indien - 31, place de Brouckère Ă  1000 Bruxelles. TĂ©l. 02/ 217 23 45).

 

 



Coup de coeur - 08/07/2007 - Le Guide des Connaisseurs©

(commentaires ? | Format imprimable  Envoyer cet article ŕ un(e) ami(e))

Restaurants : le bon et les méchants

Chaque vendredi, sauf en Ă©tĂ©, dans «Demandez le programme» (entre 8h 30 et 9h), animĂ© par Philippe Callet, Jacques Kother, du magazine gastronomique Le Guide des Connaisseurs, qui est aussi le chroniqueur gastronomique de Bel RTL, donne sur l'antenne de Bel RTL sa bonne adresse hebdomadaire. 
C’est la dernière émission de la saison et c’est un peu l’heure du bilan. Il commente des lettres d'auditeurs critiques ou enthousiastes. La restauration n’est pas un long fleuve tranquille...


Philippe Callet :
Vous nous avez apportĂ© de nombreuses lettres d’auditeurs, les uns très critiques pour certains restaurants et d’autres très enthousiastes. On ne peut pas tout citer mais d’abord - pourquoi pas ? - quelques mĂ©contents…

Jacques Kother :
Ce ne sont pas les plus nombreux mais ils prouvent que la restauration n’est pas un long fleuve tranquille. Edward Peters-Dickie qui se prĂ©sente comme un fervent opposant Ă  la malbouffe et aux restaurants qui se foutent du monde, m’écrit en râlant : « J’avais rĂ©servĂ© pour 20 h 15 - 20 h 30 dans un restaurant d’Uccle dont il donne le nom.  A 20 h 30, je suis arrivĂ© avec mon Ă©pouse. On nous a accueilli et fait immĂ©diatement attendre au bar en nous servant une coupe de champagne. La maĂ®tresse des lieux, très affairĂ©e, est revenue deux ou trois fois vers nous pour redemander le nom de la rĂ©servation et opiner en constatant que nous Ă©tions bien sur sa liste, sans autre mot d’explication, en nous laissant poireauter. A 20 h 55, j’ai indiquĂ© Ă  la personne derrière le bar qu’il Ă©tait regrettable qu’on nous abandonne Ă  notre sort. Cette personne n’a mĂŞme pas cru bon de s’excuser et nous a laissĂ© partir sans un mot. StupĂ©fiant ! Encore un restaurant Ă  la mode qui se croit tout permis… Â»

Philippe Callet :
Et qui a perdu deux clients. Plus grave encore, le client qui se fait insulter par un chef… qui a la tête près du bonnet.

Jacques Kother :
M. Morreale m’écrit Ă  propos d’une brasserie d’Anderlecht, proche des abattoirs : «Je suis un habituĂ© de cette brasserie et j’avais invitĂ© un collaborateur. J’avais commandĂ© des anguilles au vert et celles qui m’ont Ă©tĂ© servies Ă©taient immangeables, très grasses, avec plus de peau que de chair. La sauce en revanche Ă©tait bonne. J’ai remis mon assiette, pratiquement sans y avoir touchĂ©, au garçon en le priant de demander au chef son avis sur l’absence de qualitĂ© du plat. Celui-ci est sorti de sa cuisine, s’est mis en colère, criant très fort pour que tout le monde entende : « Vous ne savez pas qui je suis, ni oĂą j’ai pu travailler. Je sais faire la cuisine mieux que personne. Je vous interdis de terminer votre repas. Je vous somme de quitter l’établissement». De ma vie, je n’ai jamais Ă©tĂ© aussi mortifiĂ© de me faire insulter et expulser devant tout le monde. Bien sĂ»r, conclut M. Morreale, je ne pouvais que me lever et partir.»

Philippe Callet :
C’est évidemment inadmissible et ce n’est pas la seule lettre de critique de cette brasserie très connue où le chef ne se contrôle pas et ignore que client est roi. Heureusement, une grande partie du courrier est consacrée aux bonnes adresses.

Jacques Kother :
Nous en recevons tous les jours, de lecteurs du Guide des Connaisseurs et des auditeurs de BEL RTL qui sont souvent les mĂŞmes. J’en ai sĂ©lectionnĂ© une, particulièrement enthousiaste, d’Olivier Massart, de Bruxelles qui Ă©crit : «J’ai fait une halte gourmande dans un restaurant d’Arlon, «L’Eau Ă  la Bouche», en vacances jusqu’au 29 juin. Je ne peux pas rĂ©sister Ă  vous dire le plaisir que j’ai Ă©prouvĂ© Ă  cette table. La cuisine des produits est tout simplement Ă©poustouflante de fraĂ®cheur et de maĂ®trise. A l’heure oĂą la course folle Ă  l’originalitĂ©, au molĂ©culaire, fait loi sur les tables, il est essentiel de reprendre contact avec des valeurs de bon goĂ»t et de simplicitĂ©. Bref, je voudrais faire l’éloge des valeurs portĂ©es avec humilitĂ© par une Ă©quipe sensationnelle. Un grand moment de table!»

Philippe Callet :
C’est Ă©videmment très chaleureux. Comment se nomme le chef ?

Jacques Kother :
Le chef s’appelle Jean Morel. Il est disciple d’Escoffier, c’est une référence.

Philippe Callet :
Une conclusion ?

Jacques Kother :
Pour terminer, merci Ă  tous ceux qui nous Ă©coutent avec une vraie gourmandise et je signale encore que BEL RTL et Le Guide des Connaisseurs dĂ©cerneront en octobre devant quelques centaines d’invitĂ©s les Grands Prix 2007 de la Bonne Cuisine de Tradition. Ce sera un des principaux Ă©vĂ©nements gastronomiques de l’annĂ©e. Bon appĂ©tit !

L’Eau à la Bouche
Route du Luxembourg, 317
6700 Arlon
TĂ©l. 063/ 23 37 05
F. mardi soir, mercredi, samedi midi et dimanche soir
 


 

        


Coup de coeur - 22/06/2007 - Le Guide des Connaisseurs©

(commentaires ? | Format imprimable  Envoyer cet article ŕ un(e) ami(e))

L’Air du Temps à Noville-sur-Mehaigne : l’avant-garde... à vous!

Chaque vendredi, sauf en Ă©tĂ©, dans «Demandez le programme» (entre 8h 30 et 9h), animĂ© par Philippe Callet, Jacques Kother, du magazine gastronomique Le Guide des Connaisseurs, qui est aussi le chroniqueur gastronomique de Bel RTL, donne sur l'antenne de Bel RTL sa bonne adresse hebdomadaire. Il a dĂ©gustĂ© une cuisine excellente et surprenante, tout en contrastes de goĂ»ts et de textures, Ă  "L'Air du Temps" Ă  Noville-sur-Mehaigne, oĂą officie un jeune chef d'avant-garde: Sang Hoon Degeimbre. 

Philippe Callet : La cuisine d’avant-garde en Wallonie : c’est votre dĂ©couverte cette semaine. Vous avez dĂ©jeunĂ© Ă  Noville-sur-Mehaigne, au restaurant L’Air du Temps. Noville-sur-Mehaigne, c’est Ă  cĂ´tĂ© d’Eghezee, entre Louvain et Namur, sur la Nationale 91… Et lĂ , le chef propose une cuisine diffĂ©rente.

 

Jacques Kother : Je vous le dis tout de suite, c’est un restaurant Ă©tonnant, qui propose une cuisine totalement moderniste grâce Ă  des techniques innovantes, Ă  la science qui a permis de savoir ce qui se passe dans les casseroles, et Ă  des appareils qui permettent de maĂ®triser parfaitement les cuissons, les Ă©mulsions, notamment, et donc une invention libĂ©rĂ©e. Si vous ĂŞtes curieux, attentif Ă  la crĂ©ativitĂ©, prĂŞt Ă  dĂ©couvrir et Ă  apprĂ©cier une autre cuisine, ce restaurant vous plaira. Il a d’ailleurs une Ă©toile Michelin et sans doute bientĂ´t deux.

 

Philippe Callet : Vous y ĂŞtes allĂ© en bonne compagnie puisque c’était avec le Club Royal des Gastronomes.

 

Jacques Kother : Une des plus anciennes associations gourmandes, prĂ©sidĂ©e aujourd’hui par un homme de goĂ»t, Jacques Dugay, et qui, je le signale en passant, recrute volontiers des membres, hommes et femmes, qui aiment aller manger mensuellement en bonne compagnie. Si ça intĂ©resse quelqu’un, le numĂ©ro de tĂ©lĂ©phone du secrĂ©tariat de ce club très connu est le 02/ 687 54 00. Vous le retrouverez sur les sites alinfini de Bel RTL et celui du Guide des Connaisseurs, qui sont vus chaque jour par des milliers de personnes.

   
Jacques Dugay et Sang Hoon Degeimbre

Philippe Callet
 : On peut Ă©videmment aimer la cuisine classique et s’intĂ©resser Ă  cette cuisine d’avant-garde.

 

Jacques Kother : Qui a ses vedettes en Espagne avec Ferran Adria, en France avec Pierre Gagnaire, en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis ou au Japon avec d’autres. La grande vedette de cette cuisine, chez nous, c’est donc le chef-propriĂ©taire de L'Air du Temps, Sang Hoon Degeimbre, qui propose notamment des entrĂ©es variĂ©es mais Ă©tonnantes, comme une langoustine royale assortie d’ un sorbet au fenouil et pomme Granny, avec un gel de pourpier, et une meringue au poivre, ou encore un Ĺ“uf de caille cuit Ă  62 degrĂ©s avec une mousse de fromage blanc au wasabi. Sans entrer dans des dĂ©tails fastidieux, il sert par exemple une grosse sole bretonne cuite pendant 12 minutes exactement Ă  60 degrĂ©s, sous vide, ce qui prĂ©serve sa texture, et servie avec un jus de crevettes et de gambas au beurre de cacahuètes, ou de l’agneau des PyrĂ©nĂ©es, tendre et savoureux, cuit pendant 8 heures Ă  62 degrĂ©s, posĂ© sur un curry doux et servi avec une brunoise de petits pois et carottes Ă  la coriandre et Ă  l’ail sauvage. Techniques, textures, saveurs, design, l’innovation est reine.

   

 

Philippe Callet : On est loin de la cuisine traditionnelle. C’est très bon ?

 

Jacques Kother : C’est excellent et surprenant. Toujours avec les meilleurs produits, du pays ou d’ailleurs. Le chef aime les contrastes de goĂ»t et de consistance. Le filet de rouget barbet est cuit ici sur la peau, servi avec un mĂ©lange de chorizo, poivron, artichaut et cĂ©leri rave, rafraĂ®chi par un jus de cerfeuil Ă©picĂ©. Le turbot est escortĂ© de palourdes avec une mayonnaise chaude au citron vert. C’est un vrai talent crĂ©atif au service d’une cuisine expĂ©rimentale inspirĂ©e, qui transforme la matière en joie de vivre.

   
Des petits pois carrĂ©s grâce Ă  la magie de l'agar-agar, des caramels qui Ă©clatent en bouche, un tube de menthe pĂ©tillante pour rafraĂ®chir le palais...

           

Philippe Callet : Une dernière question, mais importante, c’est cher ?

 

Jacques Kother : C’est Ă  la hauteur de la qualitĂ© d’un grand restaurant dont on n’a pas fini de parler. Comptez au moins 85 euros vins compris mais en semaine, le lunch d’affaires trois services est Ă  35 euros. J’ajoute que la carte des vins est parfaite comme les explications du chef ou l’accueil de la jeune directrice, Carine Nosal, qui est tout Ă  fait charmante et qui contredit la phrase de Skakespeare : « La femme serait un plat divin si le diable ne l’avait pas enrobĂ©e de sauce. Â»

 
L Ă©quipe de cuisine (Ă  cĂ´tĂ© de Sang Hoon, son frère, Sang Ho)
L'Ă©quipe de salle. A droite, Carine Degeimbre Nosal et Ă  gauche l'excellent sommelier Maxime De Muynck

 

L’Air du Temps

Chaussée de Louvain, 181

Ă   5310 Noville-sur-Mehaigne

TĂ©l. 081/ 81 30 48

F. mercredi, jeudi et samedi midi.

 

        


Coup de coeur - 15/06/2007 - Le Guide des Connaisseurs©

(commentaires ? | Format imprimable  Envoyer cet article ŕ un(e) ami(e))

La Porte des Indes Ă  Bruxelles : saveurs et parfums subtils

Chaque vendredi, sauf en Ă©tĂ©, dans «Demandez le programme» (entre 8h 30 et 9h), animĂ© par Philippe Callet, Jacques Kother, du magazine gastronomique Le Guide des Connaisseurs, qui est aussi le chroniqueur gastronomique de Bel RTL, donne sur l'antenne de Bel RTL sa bonne adresse hebdomadaire. Il a dĂ®nĂ© dans le plus beau et sans doute le meilleur restaurant de cuisine indienne en Belgique : La Porte des Indes Ă  Bruxelles. 



Jacques Kother : Non seulement le chef de La Porte des Indes, Rajesh Dalaya, est un grand cuisinier mais ce restaurant, installĂ© au premier Ă©tage dans un hĂ´tel de maĂ®tre, est aussi un vrai musĂ©e avec des objets d’art indiens superbes, un remarquable mobilier authentique, des plantes et des fleurs partout. Les plats sont prĂ©parĂ©s avec des produits de haute qualitĂ© et ils sont aussi variĂ©s que savoureux et inattendus.

 


Rajesh Dalaya


Philippe Callet :
La cuisine indienne n’est pas limitée au curry.

 
Jacques Kother : Les chefs indiens ont une façon très inventive d’utiliser les Ă©pices. La gamme des parfums va du fort au subtil. A la Porte des Indes, on peut choisir parmi cinquante plats servis par des jolies femmes en sari. DĂ©paysement garanti. Et c’est une vraie dĂ©couverte qui peut Ă©videmment dĂ©router des palais non avertis mais qui est toujours passionnante. Actuellement, par exemple, le chef propose diffĂ©rentes recettes de crevettes gĂ©antes de l’OcĂ©an indien, grosses comme des petits homards, grillĂ©es ou mijotĂ©es, prĂ©parĂ©es notamment avec un mĂ©lange dĂ©licat de coriandre fraĂ®che, de menthe, de gingembre, et de citron vert, avec une pointe de cumin grillĂ©. Ou encore avec un curry de noix de cocos grillĂ©es, de piment rouge, de tamarin et de feuilles de curry fraĂ®ches. La cuisine indienne est toujours très raffinĂ©e.


 

Philippe Callet : Que boit-on avec cette cuisine indienne ?

 

Jacques Kother : Jamais des vins rouges taniques, donc pas de Bordeaux rouges, mais on peut choisir un vin blanc pas trop sec, un vin rosĂ©, ou de la bière. La carte des vins est d’ailleurs conçue pour cette cuisine. Et Ă  l’apĂ©ritif, pour se mettre en forme, on peut boire un Kamasoutra…

 

Philippe Callet : C’est efficace ?

 

Jacques Kother : Je ne sais pas, mais c’est Ă  base de vodka noire, de liqueur de fruits de la passion  et de jus de canneberge. Et c’est très bon.

 

Philippe Callet : C’est un restaurant cher ?

 

Jacques Kother : C’est un restaurant haut de gamme, avec un dĂ©cor superbe et un accueil charmant. Mais on peut choisir le rapide lunch du jour Ă  10 euros, c’est une bonne affaire, ou des menus plus Ă©laborĂ©s. Le choix des vins commence Ă  20 euros, ce qui n’est pas abusif. A la carte ou avec des menus variĂ©s, comptez, vin compris, une cinquantaine d’euros. Le chef propose chaque jeudi soir un grand buffet Ă  30 euros et le samedi soir, c’est buffet ou carte, avec du riz basmati de grande origine et des chapatis de farine de blĂ©. C’est le pain indien.

 

Philippe Callet : Pas facile de cerner la cuisine indienne quand on sait que les diffĂ©rentes religions du pays imposent des interdits alimentaires.

 

Jacques Kother : Les musulmans ne mangent pas de porc, les hindouistes ne mangent pas de bĹ“uf, les bouddhistes ne mangent mĂŞme pas un Ĺ“uf, et beaucoup d’Indiens sont vĂ©gĂ©tariens mais la cuisine est toujours imaginative, variĂ©e, Ă  base d’herbes et d’épices, et très raffinĂ©e. Dans ce restaurant, on mange bien entendu avec couteaux et fourchettes, mais en Inde, on utilise souvent les doigts de la main droite. La gauche est considĂ©rĂ©e comme impure. Manger cette cuisine avec les doigts, comme je l’ai fait Ă  New Delhi ou Ă  Madras, c’est meilleur.

Il y a quelque chose de sensuel en plus.

Mais il faut un rince-doigts.

Et pour ceux qui apprécient cette cuisine originale, ça rit…

 

 
Restaurant La Porte des Indes

Avenue Louise, 455

Ă  1050 Bruxelles (Ixelles)

TĂ©l. 02/ 647 86 51

Fax : 02/375 44 68
E-mail :
brussels@laportedesindes.com
www.laportedesindes.com

Fermé le dimanche midi

 

 

 

        


Coup de coeur - 08/06/2007 - Le Guide des Connaisseurs©

(commentaires ? | Format imprimable  Envoyer cet article ŕ un(e) ami(e))

175 Articles (35 Pages, 5 Par Page)
[ 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 ]
 
Liens connexes
L'article le plus consulté de la rubrique Coup de coeur:
Le Chalet Robinson, dans le Bois de la Cambre Ă  Bruxelles, enfin rouvert !

Derniers articles de la rubrique:
·La Guinguette en Ville: un succès mĂ©ritĂ©

·Ganshoren : Une explosion de saveurs au San Daniele

·La Table de Georges Ă  Glabais: mezzĂ© ou cochon de lait ?

·Pour ses 30 ans, le Blue Elephant de Bruxelles propose un formidable menu Ă  30€

·The Cube, avec Sang Hoon Degeimbre: une expĂ©rience inoubliable

·Un Passage Ă  -haut- niveau Ă  Uccle

·Le restaurant La Manufacture Ă  Bruxelles: 20 ans de «fait main»

·La Main dans la PoĂŞle Ă  Ixelles: le soleil de l’Italie

·Damien Bouchery et StĂ©phane Lefèvre : Bistrot du Mail et Petits Oignons…

·Le Chalet Robinson, dans le Bois de la Cambre Ă  Bruxelles, enfin rouvert !

·Bourg-en-Bresse et Vonnas : du bonheur cet Ă©tĂ©

·Bloempanch et Wok n’Roll Ă  Bruxelles

·Fosses-la-Ville: Le Vin100 mais pas sans vins

·Paris. Le Train Bleu : arrĂŞt buffet !

· Le restaurant Living Room 102 Ă  Knokke / Sluis: la frontière du bon goĂ»t

·Hostellerie Dispa Ă  Walcourt : le terroir du dessus

·Les Pieds dans le Plat Ă  Marenne : le nez, encore mieux

·Un resto-bistro très agrĂ©able Ă  Uccle : on fonce «Chez Alphonse»!

·Restaurant De Kapblok Ă  Dilbeek : les principes de Peter

·Restaurant Le Saint-Boniface Ă  Ixelles: au fond du terroir

·La Kermesse Bruegel Ă  Bruxelles : Ancienne Belgique

·Le Moulin de Lindekemale Ă  Woluwe-Saint-Lambert : la roue des saveurs

·Restaurant Serenata Mare : Zaventem-sur-Mer

·Chapelle-lez-Herlaimont: Pouic-Pouic ravit Jacob. Et les autres.

·Friture RenĂ© Ă  Anderlecht: pour avoir la frite!

Glossaire de la Rubrique Coup de coeur

Tous les articles de la Rubrique Coup de coeur




info@leguidedesconnaisseurs.com

info@leguidedesconnaisseurs.com
Le Guide des Connaisseurs © 16 octobre 2004
Tous droits réservés
Nos partenaires
Site Web réalisé par Mikael Kother (phpnuke©2003)