Le Guide des Connaisseurs - Coup de coeur Bienvenue sur Le Guide des Connaisseurs



Traduire cette page en Anglais Traduire cette page en Néerlandais Traduire cette page en Allemand Traduire cette page en Italien Traduire cette page en Espagnol Traduire cette page en Catalan Traduire cette page en Portugais Traduire cette page en Grec Traduire cette page en Arabe Traduire cette page en Bulgare Traduire cette page en Chinois(simplifié) Traduire cette page en Chinois(traditionnel) Traduire cette page en Coréen Traduire cette page en Croate Traduire cette page en Danois Traduire cette page en Finnois Traduire cette page en Hébreu Traduire cette page en Hindi Traduire cette page en Indonésien Traduire cette page en Japonais Traduire cette page en Letton Traduire cette page en Lituanien Traduire cette page en Norvégien Traduire cette page en Polonais Traduire cette page en Roumain Traduire cette page en Russe Traduire cette page en Serbe Traduire cette page en Slovaque Traduire cette page en Slovčne Traduire cette page en Suédois Traduire cette page en Tagalog Traduire cette page en Tchčque Traduire cette page en Ukrainien Traduire cette page en Vietnamien Agrandir la page Réduire la page Fil d'actualité du Guide des Connaisseurs
Rechercher :

Annonces
Vacances en Provence


 

C?est le moment de penser ? vos vacances d??t?. Une suggestion : une splendide

 villa proven?ale de 200 m2 habitables, avec vue imprenable, pour 8 personnes, avec piscine priv?e, dans une propri?t? priv?e de 2,4 hectares, o? coule la rivi?re l?Argens (les enfants peuvent s?y amuser). 4 chambres, 2 salles de bain, 3 w-c. S?jour-salle ? manger de 65 m2 avec feu ouvert et mezzanine
D?tails


Des livres ? manger
Bon App?Trucs! 164 pages de bonheur gourmand au quotidien

Glossaire
A- B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


A la Une
Dr?le d?Histoire?Dr?le d?Histoire?

·Louis XVI adore le potage aux petits oiseaux
·Du fenouil dans la serrure
·La mandarine est le fruit de la grâce

Voir toutes les rubriques ?Voir toutes les rubriques ?
Voir tous les articles ?Voir tous les articles ?
Forums de discussionsForums de discussions

Testez votre culture

QUIZ
Jouez avec nous au ?Saviez-vous que??


Vous saurez si vous ?tes un honn?te amateur, un gourmet comp?tent ou un v?ritable expert de la table. 


Coup de coeur

Bruxelles

La Guinguette en Ville:

un succ?s m?rit?


La Guinguette en ville, restaurant tout r?cemment ouvert au B?guinage ? Bruxelles m?rite le d?placement. Tripadvisor, sur le Net, a eu le coup de foudre et n?a pas h?sit? ? d?j? le classer 13?me sur 2231 restaurants ? Bruxelles. On approuve. La belle Ellen Branellec en salle (c?est la patronne) et son fils Paul en cuisine avec Timmy, provoquent  des ?tincelles qui  font l?unanimit?.. Lire


Le clin d?oeil
Les taupes adorent les racines de pissenlit. Si vous apercevez la butte d’une taupiničre, vous trouverez ŕ côté une colonie de plantes du Larousse. Préparez déjŕ la vinaigrette.

Sondage express
Quel est, ŕ votre avis, le guide annuel des restaurants le plus pratique et le mieux fait en Belgique ?

Le Michelin
Le Delta
Le Lemaire
Le Gault-Millau



Votes 20316

Gastrologie

Bélier *21 Mars - 19 Avril* Taureau *20 Avril - 20 Mai* Gemeaux *21 Mai - 21 Juin*
Cancer *22 Juin - 22 Juillet* Lion *23 Juillet - 22 Aout* Vierge *23 Aout - 22 Septembre*
Balance *23 Septembre - 23 Octobre* Scorpion *24 Octobre - 22 Novembre* Sagittaire *23 Novembre - 21 Decembre*
Capricorne *22 Decembre - 19 Janvier* Verseau *20 Janvier - 18 Fevrier* Poisson *19 Fevrier - 20 Mars*


 
Le Guide des Connaisseurs: Coup de coeur

Aller ŕ l'accueil  Aller ŕ l'accueilChoisissez un nouveau sujet  Choisissez un nouveau sujetGlossaire de la Rubrique Coup de coeur  Glossaire de la Rubrique Coup de coeur
Rechercher :

Blue Elephant à Uccle : à la découverte des vins thaï

Chaque vendredi, sauf en Ă©tĂ©, dans «Demandez le programme» (entre 8h 30 et 9h), animĂ© par Philippe Callet, Jacques Kother, du magazine gastronomique Le Guide des Connaisseurs, qui est aussi le chroniqueur gastronomique de Bel RTL, donne sur l'antenne de Bel RTL sa bonne adresse hebdomadaire (Ă©mission transmise en direct sur RTL TVI). Il  a dĂ©jeunĂ© dans le plus beau et le meilleur restaurant thaĂŻlandais du pays, le Blue Elephant Ă  Uccle (Bruxelles) et il y a fait une dĂ©couverte : des vins thaĂŻlandais assez fascinants, secs, lĂ©gers. 



Jacques Kother : Si j’avais aussi une rubrique intitulĂ©e «Ma Belle HĂ´tesse», je mettrais tout de suite au premier rang Sonya SteppĂ©, qui dirige ce magnifique restaurant, ainsi que La Porte des Indes. Très jolie femme, avec de longs cheveux, des yeux gris verts, un sourire Ă©clatant. J’aurais trois ans de moins et elle trente ans de plus, je suis certain que nous pourrions nous entendre. Mais c’est la cuisine du Blue Elephant qui retient l’attention et aujourd’hui elle est accompagnĂ©e, c’est une rĂ©volution, de vins thaĂŻlandais…
 
Philippe Callet : Il y a donc des vins en ThaĂŻlande ?
 
Jacques Kother : Et des vignobles qui couvrent 500 hectares. La vigne a Ă©tĂ© introduite en ThaĂŻlande sous Louis XIV et on fait aujourd’hui des vins qui vont avec ces mets Ă©picĂ©s : blancs, rosĂ©s, rouges sans tanins, car les tanins ne conviennent pas Ă  cette cuisine. Ce qui est amusant, c’est qu’un vin de 2004 est millĂ©simĂ© 2547.
Pourquoi ? Parce que Bouddha est nĂ© 543 ans avant JĂ©sus-Christ.
Alors quand on vous sert un vin de 2004, il porte sur son étiquette le millésime 2547.
 
Philippe Callet : Qu’est-ce qui diffĂ©rencie la cuisine thaĂŻ des autres cuisines asiatiques ?
 
Jacques Kother : La base est le riz. Ce pays est un des grands producteurs de riz au monde. Tous les plats sont apportĂ©s en mĂŞme temps et si aujourd’hui la plupart des ThaĂŻs mangent avec des cuillères et des fourchettes, la nourriture a meilleur goĂ»t encore avec les doigts. Beaucoup de plats sont servis chauds mais le vin est servi frais, qu’il soit blanc ou rouge. C’est une cuisine de saveur et de parfums. Et au Blue Elephant, tout vient rĂ©gulièrement par avion, les Ă©pices, les fleurs, les fruits, les produits… 

              

Philippe Callet : Quelques exemples de plats ?
 
Jacques Kother : De superbes crevettes gĂ©antes grosses comme des homards, avec un beurre de citronnelle et de basilic thaĂŻ, des filets de sole enroulĂ©s sur un bâton de galanga avec une sauce au citron vert et au piment doux, des croquettes de crevettes de Zeebrugge au curry rouge, un croustillant de poisson sur un lit de mangue verte en salade, le curry vert ou rouge est souvent utilisĂ© comme le lait de coco, l’ail, le gingembre, la coriandre fraĂ®che, la pâte de crevettes sĂ©chĂ©e, la sauce de poisson, et bien d’autres bonnes choses.

            

Philippe Callet : Un mot des vins ?
 
Jacques Kother : Une dĂ©couverte. Ce sont des vins qui vont avec, comme on dit. Personne ne les connaĂ®t. Il faut les dĂ©couvrir. Ils sont assez fascinants, secs, lĂ©gers. On peut les dĂ©guster ici avec un menu quatre services et trois vins pour 55 euros tout compris. Mais on peut aussi choisir le petit menu Ă  10 euros avec une bouteille ou un verre de ces vins.
Le restaurant est magnifique. Le service est attentionné. Ce n’est pas cher pour le plaisir. Bref, c’est une découverte à faire absolument. Le dépaysement est à la portée de tous. Et on peut trouver enfin trois crus intéressants du domaine viticole le plus important du sud-est asiatique, Monsoon Valley, à 60 km de Bangkok. Mais inutile de faire le voyage pour découvrir les parfums inimitables de la cuisine thaïlandaise et une tradition viticole aussi intéressante que méconnue.
Aller au Blue Elephant, c’est voyager sans se fatiguer et en ressentant un véritable choc émotionnel.
 
Blue Elephant
Chaussée de Waterloo, 1120
1180 Bruxelles
TĂ©l : 02/374.49.62
Fax : 02/375.44.68
brussels@blueelephant.com
www.blueelephant.be
Jardin d’hiver
Fermé samedi midi



Coup de coeur - 23/03/2007 - Le Guide des Connaisseurs©

(commentaires ? | Format imprimable  Envoyer cet article ŕ un(e) ami(e))

Bruneau Ă  Ganshoren : entre 12 h et 14 h, le moins cher des grands restaurants

Chaque vendredi, sauf en Ă©tĂ©, dans «Demandez le programme» (entre 8h 30 et 9h), animĂ© par Philippe Callet, Jacques Kother, du magazine gastronomique Le Guide des Connaisseurs, qui est aussi le chroniqueur gastronomique de Bel RTL, donne sur l'antenne de Bel RTL sa bonne adresse hebdomadaire (Ă©mission transmise en direct sur RTL TVI). 
Il a déjeuné chez Jean-Pierre Bruneau, à Ganshoren, un des plus célèbres cuisiniers de Belgique, pour moins de 50 €. Ce n’est vraiment pas cher pour un grand moment de bonheur et du plaisir à 100 %.

Philippe Callet : Comment se faire vraiment plaisir sans dĂ©penser trop dans un très grand restaurant ? Vous avez trouvé…une adresse vraiment exemplaire.


Jean-Pierre Bruneau
 
Jacques Kother : J’ai trouvĂ© et c’était chez un des trois ou quatre plus grands et plus cĂ©lèbres cuisiniers de Belgique, j’ai nommĂ© : Jean-Pierre Bruneau, qui non seulement possède un merveilleux restaurant près de la basilique de Koekelberg, mais qui est aussi le chef qui dirige les banquets de la famille royale.
Ecoutez bien : chez Bruneau, le dĂ©jeuner est Ă  35 euros et pour 14 euros de plus, vous avez les vins et le cafĂ©. Bref, Ă  peine plus cher qu’une bonne brasserie, avec une cuisine sublime et un grand choix.
 
Philippe Callet : Moins de 50 euros tout compris, c’est effectivement une bonne affaire dans un endroit luxueux et oĂą, j’imagine, on est chouchoutĂ©.

Jacques Kother : Il y a les restaurants oĂą l’on mange et ceux qui vous apportent du rĂŞve et du plaisir pur.
Jean-Pierre Bruneau l’a bien compris. Il a fait de son restaurant, entre 12 et 14 heures, le moins cher des grands Ă©tablissements du genre. D’abord, c’est un restaurant magnifique, avec des tables rondes couvertes de nappes jaunes, avec des assiettes blanches qui mettent en valeur le dĂ©cor des plats. Ensuite, le jardin est lĂ , en pleine ville, et, par beau temps, on peut manger dehors. Sur chaque table, une bougie allumĂ©e, un service très attentif, un chef charmant, des petits pains chauds et du beurre salĂ©. D’office, avant le menu, on vous apporte quatre amuse-bouche, carpaccio de bĹ“uf, croustillant de pata negra, le fameux jambon espagnol,  crème brĂ»lĂ©e de foie gras et veloutĂ© d’asperges. C’est superbe.

 
Philippe Callet : Et le menu Ă  35 euros ?  IntĂ©ressant ?
 
Jacques Kother : Très intĂ©ressant. Avec chaque fois quatre propositions d’entrĂ©es, de plat, de dessert.
Je vais sans doute vous donner faim mais cette semaine, on avait le choix en entrée entre le javanais de foie d’oie et anguilles aux pommes acidulées, la carpaccio de bœuf à la Cipriani suivant la recette originale, la pomponette de tartare de saumon servie avec une émulsion au
Raifort, et des ravioles aux foies blonds servies avec un jus de veau aux champignons sauvages. C’est ce que j’ai pris. C’était exceptionnel.
 
Philippe Callet : Quatre propositions aussi pour les plats principaux.
 
Jacques Kother : Un croustillant de tĂŞte de veau servi avec une sauce tomate aux herbes Ă  tortue, ou un filet de bĹ“uf Ă  la façon des moutardiers, servi avec un tian de lĂ©gumes du marchĂ©, ou un dos de cabillaud Ă  la provençale relevĂ© d’une vinaigrette citronnĂ©e au basilic, ou un jarret d’agneau aux lĂ©gumes accompagnĂ© de pommes de terre Ă©crasĂ©es. Tous ces plats copieux et accompagnĂ©s de vins de rĂ©gions qui ne trahissent pas leur terroir.
 
Philippe Callet : Et les desserts ?
 
Jacques Kother : Les gourmets sont ravis. Assiette de sorbets, ou vĂ©ritable Dame blanche, ou tarte au chocolat amer avec glace Ă  la pistache, ou ananas rĂ´ti Ă  l’anis Ă©toile, servi avec un sorbet au kirsch. On se rĂ©gale. C’est une cuisine Ă  la fois savoureuse et raffinĂ©e. Rien que du bonheur.
Les déjeuners chez Bruneau, c’est une plongée émotionnelle dans la gastronomie la plus délicate et la plus originale dans la bonne tradition. Et avec le café, vous avez aussi les petits fours maison.
Si vous avez 49 euros à dépenser pour faire un déjeuner d’exception, vins et café compris, c’est là qu’il faut aller aujourd’hui. Jean-Pierre Bruneau a voulu faire de la vraie gastronomie à prix compétitif, c’est très bon, l’accueil est empressé, le service est sympathique, l’endroit est agréable, la qualité est parfaite. Ce n’est vraiment pas cher pour un grand moment de bonheur et du plaisir à 100 %.
 
Restaurant Bruneau
Avenue Broustin, 73-75
1083 Ganshoren
TĂ©l. 02/ 421 70 70
Fax: 02/ 425 97 26
restaurant_bruneau@skynet.be
www.bruneau.be
Jardin et terrasse
Fermé mardi et mercredi.



Coup de coeur - 16/03/2007 - Le Guide des Connaisseurs©

(Lire... | 9 commentaires | Format imprimable  Envoyer cet article ŕ un(e) ami(e))

Le restaurant «La Bonne Humeur» à Bruxelles va s’exporter à Tokyo

Chaque vendredi, sauf en Ă©tĂ©, dans «Demandez le programme» (entre 8h 30 et 9h), animĂ© par Philippe Callet, Jacques Kother, du magazine gastronomique Le Guide des Connaisseurs, qui est aussi le chroniqueur gastronomique de Bel RTL, donne sur l'antenne de Bel RTL sa bonne adresse hebdomadaire (Ă©mission transmise en direct sur RTL TVI). 
Cuisine populaire bruxelloise aujourd’hui avec un bistrot très simple qui porte un joli nom depuis 37 ans : La Bonne Humeur. Une cuisine d’hier qui a bon goĂ»t, Ă©vite l’aventure et fait retrouver les goĂ»ts d’enfance Ă  des prix amicaux.



Thérèse et Philippe Lejeune

Jacques Kother : La Bonne Humeur, c’est tout un programme. Et j’ai pour vous une information exceptionnelle : cette cuisine bruxelloise va s’exporter au Japon dans un an. Les Japonais raffolent de nos plats traditionnels : la raie au beurre noisette, le cabillaud, le stoemp, la langue sauce madère, les carbonnades flamandes, la blanquette de veau Ă  l’ancienne, ou les boulettes sauce tomate. Dans un an, les propriĂ©taires de La Bonne Humeur, ThĂ©rèse en salle et Philippe Lejeune en cuisine, fermeront dĂ©finitivement leur restaurant et iront Ă  Tokyo pour y faire dĂ©couvrir nos bons petits plats.
 
Philippe Callet : Par quel miracle ?
 
Jacques Kother : Simplement parce que sur les avions japonais, La Bonne Humeur est un des quelques restaurants belges Ă  ĂŞtre repris dans une brochure destinĂ©e aux passagers et aussi parce que ce petit bistrot qui n’a rien de luxueux reçoit beaucoup de clients japonais qui adorent ce style de cuisine. Ils commandent plusieurs plats Ă  la fois. Ils goĂ»tent un peu de tout. Une des cartes est d’ailleurs Ă©crite en japonais.



Une carte en japonais
 
Philippe Callet : Vous dites que ce n’est pas un bistrot luxueux. Vous voulez dire que le dĂ©cor est minimaliste…


    
La salle

Jacques Kother : Tout Ă  fait. On entre dans ce qui pourrait ĂŞtre une banale friterie. Les tables sont en formica, sans nappes. Le dĂ©cor est rĂ©duit Ă  sa plus simple inexpression. Mais la patronne vous accueille avec un large sourire et l’assiette est bonne et copieuse. Et surtout ce n’est pas cher.
Parmi les plats-vedettes, l’énorme contrefilet bien croĂ»tĂ© servi avec des escargots et un beurre Ă  l’ail, ou encore la bavette aux Ă©chalotes, la tĂŞte de veau en tortue Ă  13 euros 30,  et toujours un excellent potage Ă  3 euros 30. Le traditionnel Ĺ“uf Ă  la russe, avec sa macĂ©doine et sa mayonnaise, c’est 6 euros 30. Il y a des tas d’autres plats, y compris des croquettes aux crevettes et des omelettes, les anguilles au vert, et j’allais oublier les frites maison, cuites dans un mĂ©lange de graisse vĂ©gĂ©tale et de graisse de bĹ“uf, qui nous rappelle les bonnes frites de nos grands-mères.
 
Philippe Callet : Ce qui doit faire plaisir aux jeunes clients…
 
Jacques Kother : Ils dĂ©couvrent ici une cuisine d’hier qui a bon goĂ»t, qui Ă©vite l’aventure, et qui leur ouvre des horizons insoupçonnĂ©s. C’est autre chose que le hamburger ou la pizza. Le chef, qui se lève tous les jours Ă  six heures du matin, et qui est seul en cuisine,  fait de temps Ă  autre du vrai bouillon des familles, qui a cuit 5 ou 6 heures, et qui fait le bonheur des clients. Ils retrouvent des goĂ»ts d’enfance.
Beaucoup de plats sont magnifiques. On peut boire une bière mais la carte des vins assez courte est bien faite et le Château Reynon 2004 à 21 euros 50 est vraiment superbe. Mais il y a beaucoup de vins moins chers.
 
Philippe Callet : Conclusion : un bistro Ă  ne pas rater.

Jacques Kother : Les patrons seront au Japon dans un an pour transmettre leur savoir-faire. D’ici lĂ , si vous n’êtes pas snob, si vous aimez une cuisine qui n’a pas changĂ© depuis un bon quart de siècle, pensez Ă  La Bonne Humeur, oĂą l’addition est modeste et l’assiette excellente et bien rebondie.
Thérèse et Philippe Lejeune ont bien mérité de la gourmandise qui alimente évidemment la bonne humeur.


Restaurant La Bonne Humeur
Chaussée de Louvain, 244
1000 Bruxelles
TĂ©l. 02/ 230 71 69
Fermé mardi et mercredi.
 


Coup de coeur - 09/03/2007 - Le Guide des Connaisseurs©

(Lire... | 22 commentaires | Format imprimable  Envoyer cet article ŕ un(e) ami(e))

Voyage gourmand en Catalogne

Chaque vendredi, sauf en Ă©tĂ©, dans «Demandez le programme» (entre 8h 30 et 9h), animĂ© par Philippe Callet, Jacques Kother, du magazine gastronomique Le Guide des Connaisseurs, qui est aussi le chroniqueur gastronomique de Bel RTL, donne sur l'antenne de Bel RTL sa bonne adresse hebdomadaire (Ă©mission transmise en direct sur RTL TVI). 
Il  vient de passer une semaine dans le Nord de l’Espagne, avec la cuisine des plus grands chefs. C’était Ă  Girona, Ă  une heure en voiture au nord de Barcelone.

 
Jacques Kother : Ils sont complètement fous, ces Catalans. Fous de cuisine, Ă©videmment et j’ai fait ces jours-ci quelques-uns des repas les plus Ă©tonnants de ma vie. Il y a bien entendu la cuisine traditionnelle, très simple et savoureuse, la cuisine moderne, et les plus grands cuisiniers espagnols font aujourd’hui de la cuisine d’avant-garde avec, bien entendu, le plus cĂ©lèbre d’entre eux, Ferran Adria, qui possède un restaurant, El Bulli, au bord de la mer, Ă  Rozès. On doit rĂ©server des semaines Ă  l’avance et les clients viennent du monde entier C’est une cuisine du futur, gĂ©niale, qui ne ressemble Ă  aucune autre, composĂ©e de petits plats qui procurent ce que devrait toujours procurer la cuisine d’avant-garde, et aussi les autres : de l’émotion. J’ai Ă©tĂ© Ă©patĂ© par la culture du goĂ»t de beaucoup d’Espagnols, le nombre de livre de chefs qui sont publiĂ©s en Espagne, et lors du forum gastronomique de Girona, auquel j’ai participĂ©, il y avait non seulement les meilleurs produits de l’Espagne, poissons, charcuteries, huiles d’olive, fruits et lĂ©gumes, mais aussi des dĂ©bats et des dĂ©monstrations culinaires Ă©poustouflantes, suivies par des centaines d’amateurs avertis et passionnĂ©s.

     
 
Philippe Callet : L’Espagne semble aujourd’hui Ă  la pointe de la recherche gastronomique ?
 
Jacques Kother : Elle a fait un bon en avant dans tous les domaines, les vins, la cuisine, les technologies. Il y avait lĂ , au forum gastronomique de Girona, non seulement les meilleurs chefs espagnols mais aussi des grands cuisiniers venus de France, du Japon, d’AmĂ©rique du Sud et naturellement beaucoup de chroniqueurs gastronomiques venus de partout, de France, d’Angleterre, des pays scandinaves, et mĂŞme de Russie. Il y avait lĂ  des pointures qui ne sucent pas que des glaçons…Ils aiment boire et manger.

   
 
Philippe Callet : Vous en avez profitĂ© pour tester les meilleurs restaurants de Catalogne.
 
Jacques Kother : Midi et soir, en visitant d’abord Barcelone qui est une ville fascinante, les vignobles du PĂ©nĂ©dès, qui produisent d’excellentes bouteilles, et des restaurants qui ne sont pas hors de prix, oĂą l’on mange non seulement remarquablement mais oĂą on fait des dĂ©couvertes. Nous avons fait notamment un dĂ®ner absolument mĂ©morable avec onze plats en petites portions dont je ne vais citer que deux ou trois pour donner une idĂ©e de cette cuisine imaginative et unique en son genre : veloutĂ© froid d’oursins Ă  la laitue, aux algues et Ă  l’abricot. L’abricot n’était pas lĂ  pour sucrer mais pour donner du corps. Ou encore des maquereaux Ă  la compote de bergamote et  au citron vert, ou un soufflĂ© de patates douces braisĂ©es Ă  l’huile de truffe et garnies d’œufs de truite fumĂ©e. Il y avait mĂŞme un dessert inspirĂ©e par un parfum de LancĂ´me - sorbet aux prunelles et Ă  la vanille, compote de prunelles et patchouli, gelĂ©e de santal, violettes caramĂ©lisĂ©es, confiture de violettes, fruits noirs et pĂ©tales d’amandes amères au miel..  

        
 
Philippe Callet : Etonnant. Et c’était rĂ©ussi ?
 
Jacques Kother : Très souvent. Les chefs espagnols ont beaucoup de goĂ»t, une audace sans limite. Ils peuvent associer une crème de chou-fleur Ă  une mousse d’œufs de morue et c’est bon. C’est une cuisine d’exception, complexe, Ă©tonnante, oĂą chaque produit doit conserver son goĂ»t, et qui procure, très souvent de l’émotion et naturellement du plaisir.
 
Philippe Callet : Vous conseillez d’aller en Catalogne ?
 
Jacques Kother : Les restaurants et les vins ne sont pas très chers. Les hĂ´tels sont très modernes et confortables. Les paysages sont splendides. Tout près de Girona, qui est une ville superbe, on doit absolument aller Ă  FiguĂ©ras pour visiter le musĂ©e Dali, absolument passionnant, immense et dĂ©routant. Dali aussi Ă©tait un gĂ©nie de la peinture. On pourrait rester des heures dans ce musĂ©e exceptionnel conçu par Dali, qui Ă©tait fou lui aussi. Il le disait lui-mĂŞme. C’est un musĂ©e dĂ©lirant et amusant. La Catalogne est avec le pays basque un des bastions de la vraie gourmandise espagnole.


Coup de coeur - 24/02/2007 - Le Guide des Connaisseurs©

(commentaires ? | Format imprimable  Envoyer cet article ŕ un(e) ami(e))

Le Ciccio Bello à Watermael-Boitsfort : allegro ma non troppo…

Chaque vendredi, sauf en Ă©tĂ©, dans «Demandez le programme» (entre 8h 30 et 9h), animĂ© par Philippe Callet, Jacques Kother, du magazine gastronomique Le Guide des Connaisseurs, qui est aussi le chroniqueur gastronomique de Bel RTL, donne sur l'antenne de Bel RTL sa bonne adresse hebdomadaire (Ă©mission transmise en direct sur RTL TVI). 

Philippe Callet : Manger Ă  l’italienne aujourd’hui. Cette semaine, vous avez Ă©tĂ© sĂ©duit par une femme remarquable d’efficacitĂ© qui dirige le restaurant Ciccio Bello, Ă  Watermael-Boitsfort.
Elle s’appelle Marie Fanara…


Marie Fanara

Jacques Kother :
Du charme et l’œil Ă  tout car le Ciccio Bello , qui est le nom d’un personnage de la Comedia del Arte, emploie beaucoup de monde dans un dĂ©cor et avec un confort qui devrait plaire aux enfants comme aux grands. Marie Fanara (un joli nom !), que j’avais envie d’applaudir, dirige ce beau restaurant confortable avec visiblement une main de fer dans un gant de velours. Ici, c’est le règne de la pizza, des pâtes, et bien entendu de l’osso buco.
 
Philippe Callet : L’osso Buco, c’est le jarret de veau Ă  l’italienne…
 
Jacques Kother : Jamais meilleur que chez soi, oĂą on peut choisir une viande de première qualitĂ©, ne pas faire trop cuire la sauce, lui donner de la fraĂ®cheur et du goĂ»t. Mais au restaurant, c’est pratique. Le jarret est un morceau de choix, avec sa chair maigre, sa texture gĂ©latineuse et goĂ»teuse, sa viande qui se dĂ©tache et qui fond dans la bouche. On peut prĂ©parer le jarret de veau en pot-au-feu, Ă  la française, avec les lĂ©gumes et une sauce Ă  la moutarde et Ă  l’estragon. C’est dĂ©licieux. L’osso Buco, c’est une tranche de jarret servie en rouelle, avec son os Ă  moelle, qu’il faut savourer avec deux ou trois grains de gros sel, braisĂ©e classiquement au vin blanc, Ă  l’oignon et Ă  la tomate avec de la carotte. Un peu d’ail - et surtout des zestes indispensables, lui donnent de l’esprit.
 
Philippe Callet : Ce restaurant est aussi le royaume de la pizza.
 
Jacques Kother : Il y en a pour toutes les envies. Une petite vingtaine de sortes, Ă  partir de 8 euros. Et bien entendu toute une sĂ©rie de classiques, les escalopes panĂ©es Ă  la Milanaise ou Ă  la parmesane, le foie de veau Ă  la vĂ©nitienne, des poissons et des pâtes, lasagnes, tagliatelles, rigatoni, spaghetti, et quelques desserts attendus comme le sabayon, le tiramisu, des crĂŞpes flambĂ©es ou des glaces. Le chef, Armando, connaĂ®t ses classiques.


Le chef et son Ă©quipe

Philippe Callet : C’est cher ?
 
Jacques Kother : Pas vraiment. Un lunch est proposĂ© Ă  10 euros. La carafe de 50 cl de vin est Ă  7 euros. C’est ouvert jusqu’à minuit. C’est un endroit très gai, très lumineux, rĂ©cemment agrandi, avec de larges fenĂŞtres, des tables attirantes et je vous recommande la pizza qui est fine et croustillante, faite Ă  l’instant par un pizzaiolo expĂ©rimentĂ©.  C’est juste en face de l’hĂ´tel de ville de Boitsfort. Quelques bons points aussi : le pain est fait .maison, c’est accessible aux moins valides et les chiens sont admis. Bref, c’est une belle brasserie oĂą l’on ne se ruine pas et dont l’ambiance est très conviviale. C’est agrĂ©able, en hiver, de savourer une cuisine ensoleillĂ©e. Cela rĂ©chauffe…


Une vue de la première salle

Ciccio Bello
Place LĂ©opold Wiener, 4
1170 Bruxelles (Watermael-Boitsfort)
TĂ©l. 02/ 672 32 30
Ouvert tous les jours




Coup de coeur - 09/02/2007 - Le Guide des Connaisseurs©

(Lire... | 1 commentaire | Format imprimable  Envoyer cet article ŕ un(e) ami(e))

175 Articles (35 Pages, 5 Par Page)
[ 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 ]
 
Liens connexes
L'article le plus consulté de la rubrique Coup de coeur:
Le Café Lequet à Liège, le temple des boulets-frites!

Derniers articles de la rubrique:
·La Guinguette en Ville: un succès mĂ©ritĂ©

·Ganshoren : Une explosion de saveurs au San Daniele

·La Table de Georges Ă  Glabais: mezzĂ© ou cochon de lait ?

·Pour ses 30 ans, le Blue Elephant de Bruxelles propose un formidable menu Ă  30€

·The Cube, avec Sang Hoon Degeimbre: une expĂ©rience inoubliable

·Un Passage Ă  -haut- niveau Ă  Uccle

·Le restaurant La Manufacture Ă  Bruxelles: 20 ans de «fait main»

·La Main dans la PoĂŞle Ă  Ixelles: le soleil de l’Italie

·Damien Bouchery et StĂ©phane Lefèvre : Bistrot du Mail et Petits Oignons…

·Le Chalet Robinson, dans le Bois de la Cambre Ă  Bruxelles, enfin rouvert !

·Bourg-en-Bresse et Vonnas : du bonheur cet Ă©tĂ©

·Bloempanch et Wok n’Roll Ă  Bruxelles

·Fosses-la-Ville: Le Vin100 mais pas sans vins

·Paris. Le Train Bleu : arrĂŞt buffet !

· Le restaurant Living Room 102 Ă  Knokke / Sluis: la frontière du bon goĂ»t

·Hostellerie Dispa Ă  Walcourt : le terroir du dessus

·Les Pieds dans le Plat Ă  Marenne : le nez, encore mieux

·Un resto-bistro très agrĂ©able Ă  Uccle : on fonce «Chez Alphonse»!

·Restaurant De Kapblok Ă  Dilbeek : les principes de Peter

·Restaurant Le Saint-Boniface Ă  Ixelles: au fond du terroir

·La Kermesse Bruegel Ă  Bruxelles : Ancienne Belgique

·Le Moulin de Lindekemale Ă  Woluwe-Saint-Lambert : la roue des saveurs

·Restaurant Serenata Mare : Zaventem-sur-Mer

·Chapelle-lez-Herlaimont: Pouic-Pouic ravit Jacob. Et les autres.

·Friture RenĂ© Ă  Anderlecht: pour avoir la frite!

Glossaire de la Rubrique Coup de coeur

Tous les articles de la Rubrique Coup de coeur




info@leguidedesconnaisseurs.com

info@leguidedesconnaisseurs.com
Le Guide des Connaisseurs © 16 octobre 2004
Tous droits réservés
Nos partenaires
Site Web réalisé par Mikael Kother (phpnuke©2003)