Le Guide des Connaisseurs - Coup de coeur Bienvenue sur Le Guide des Connaisseurs



Traduire cette page en Anglais Traduire cette page en Néerlandais Traduire cette page en Allemand Traduire cette page en Italien Traduire cette page en Espagnol Traduire cette page en Catalan Traduire cette page en Portugais Traduire cette page en Grec Traduire cette page en Arabe Traduire cette page en Bulgare Traduire cette page en Chinois(simplifié) Traduire cette page en Chinois(traditionnel) Traduire cette page en Coréen Traduire cette page en Croate Traduire cette page en Danois Traduire cette page en Finnois Traduire cette page en Hébreu Traduire cette page en Hindi Traduire cette page en Indonésien Traduire cette page en Japonais Traduire cette page en Letton Traduire cette page en Lituanien Traduire cette page en Norvégien Traduire cette page en Polonais Traduire cette page en Roumain Traduire cette page en Russe Traduire cette page en Serbe Traduire cette page en Slovaque Traduire cette page en Slovčne Traduire cette page en Suédois Traduire cette page en Tagalog Traduire cette page en Tchčque Traduire cette page en Ukrainien Traduire cette page en Vietnamien Agrandir la page Réduire la page Fil d'actualité du Guide des Connaisseurs
Rechercher :

Annonces
Vacances en Provence


 

C?est le moment de penser ? vos vacances d??t?. Une suggestion : une splendide

 villa proven?ale de 200 m2 habitables, avec vue imprenable, pour 8 personnes, avec piscine priv?e, dans une propri?t? priv?e de 2,4 hectares, o? coule la rivi?re l?Argens (les enfants peuvent s?y amuser). 4 chambres, 2 salles de bain, 3 w-c. S?jour-salle ? manger de 65 m2 avec feu ouvert et mezzanine
D?tails


Des livres ? manger
Bon App?Trucs! 164 pages de bonheur gourmand au quotidien

Glossaire
A- B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


A la Une
A b?tons rompusA b?tons rompus

·Pierre Perret : «J’ai appris très tĂ´t Ă  ĂŞtre gourmand»
·Conversation cĹ“ur Ă  cĹ“ur avec Pierre Gagnaire
·Pierre Arditi : «Je peux ouvrir une grande bouteille de vin pour moi tout seul»

Voir toutes les rubriques ?Voir toutes les rubriques ?
Voir tous les articles ?Voir tous les articles ?
Forums de discussionsForums de discussions

Testez votre culture

QUIZ
Jouez avec nous au ?Saviez-vous que??


Vous saurez si vous ?tes un honn?te amateur, un gourmet comp?tent ou un v?ritable expert de la table. 


Coup de coeur

Bruxelles

La Guinguette en Ville:

un succ?s m?rit?


La Guinguette en ville, restaurant tout r?cemment ouvert au B?guinage ? Bruxelles m?rite le d?placement. Tripadvisor, sur le Net, a eu le coup de foudre et n?a pas h?sit? ? d?j? le classer 13?me sur 2231 restaurants ? Bruxelles. On approuve. La belle Ellen Branellec en salle (c?est la patronne) et son fils Paul en cuisine avec Timmy, provoquent  des ?tincelles qui  font l?unanimit?.. Lire


Le clin d?oeil
La pomme de terre en voit de toutes les couleurs. Une patate, c’est aussi un niais. On va męme plus loin en Italie. C’est un « sacco di patata ».

Sondage express
Quel est, ŕ votre avis, le guide annuel des restaurants le plus pratique et le mieux fait en Belgique ?

Le Michelin
Le Delta
Le Lemaire
Le Gault-Millau



Votes 20318

Gastrologie

Bélier *21 Mars - 19 Avril* Taureau *20 Avril - 20 Mai* Gemeaux *21 Mai - 21 Juin*
Cancer *22 Juin - 22 Juillet* Lion *23 Juillet - 22 Aout* Vierge *23 Aout - 22 Septembre*
Balance *23 Septembre - 23 Octobre* Scorpion *24 Octobre - 22 Novembre* Sagittaire *23 Novembre - 21 Decembre*
Capricorne *22 Decembre - 19 Janvier* Verseau *20 Janvier - 18 Fevrier* Poisson *19 Fevrier - 20 Mars*


 
Le Guide des Connaisseurs: Coup de coeur

Aller ŕ l'accueil  Aller ŕ l'accueilChoisissez un nouveau sujet  Choisissez un nouveau sujetGlossaire de la Rubrique Coup de coeur  Glossaire de la Rubrique Coup de coeur
Rechercher :

On passe une saké soirée au restaurant L’Empereur de Chine à Uccle (Bruxelles)



Chaque vendredi, dans «Demandez le programme» (entre 8h 30 et 9 h), animé par Philippe Callet, Jacques Kother, du magazine gastronomique Le Guide des Connaisseurs, donne sur l'antenne de Bel RTL, sa bonne adresse de la semaine (émission transmise en direct sur RTL TVI)
Sa dernière trouvaille : « L’Empereur de Chine Â» Ă  Uccle-Bruxelles   
 
Jacques Kother : Ma dĂ©couverte de la semaine la plus inattendue est  un restaurant qui possède un lit de noce dans la salle. Peu banal. Il s’agit d’un lit ancien chinois et ce restaurant, qui ne ressemble Ă  rien, vu de l’extĂ©rieur, est en fait un petit musĂ©e Ă  l’intĂ©rieur, avec des meubles laquĂ©s, des sculptures en jade, et mĂŞme une charrette de voyage du 19e siècle, très bien conservĂ©e.
 
Philippe Callet : C’est bien entendu un restaurant chinois…
 
Jacques Kother : Tenu par une petite femme charmante, Chi Tien Chin, qui appartient Ă  une famille de restaurateurs depuis trois gĂ©nĂ©rations et par son mari, Liu Nan, un peintre qui a exposĂ© dans le monde entier et qui fait partie d’une famille d’artistes depuis trois gĂ©nĂ©rations.
Imaginez le tandem prometteur. Le restaurant s’appelle « L’Empereur de Chine Â» et ,ce qui ne gâte rien, ce n’est pas très cher : menu quatre services Ă  17 euros. Et aussi pour la fĂŞte une table du mandarin, très variĂ©e, très copieuse, Ă  26 euros. Buffet Ă  volontĂ© pour 19,50 € les jeudi, vendredi et dimanche soir, ainsi que le dimanche midi.
 
Philippe Callet : C’est l’occasion de nous parler un peu de la cuisine chinoise…
 
Jacques Kother : Impossible. Il y a plusieurs cuisines chinoises, selon les climats, les traditions, les produits, et quatre grandes catĂ©gories rĂ©gionales. La plus connue est la cuisine cantonaise. Les plats aigres-doux sont d’origine cantonaise, comme le porc Ă  l’aigre-doux, et on utilise largement des sauces de soja ou d’huĂ®tres. Le fameux canard laquĂ© est pĂ©kinois. Pourquoi ? Parce que la Cour impĂ©riale Ă©tait installĂ©e Ă  pĂ©kin et qu’on y mangeait des plats complexes et spectaculaires. . Je passe sur les autres cuisines, car il faudrait une demi-journĂ©e.
 
Philippe Callet : Ce sont aussi des cuisines qui ont subi les renversements politiques…
 
Jacques Kother : En 1949, les rĂ©volutionnaires ne voulaient plus entendre parler des traditions culinaires, ils les jugeaient Ă©litistes et rĂ©actionnaires. Il a fallu attendre les annĂ©es 80 pour que les dirigeants communistes  commencent Ă  encourager, Ă  cause notamment du tourisme, la rĂ©surrection de la grande cuisine. Certains estiment Ă  tort ou Ă  raison qu’il y a deux grandes cuisines dans le monde, la française et la chinoise.
 
Philippe Callet : Malheureusement, en Europe, les restaurants chinois banals sont nombreux.
  
Jacques Kother : « L’Empereur de Chine Â» sort un peu de l’ordinaire. Les prĂ©parations sont très saines. On y cultive le Yin, les mets qui rafraĂ®chissent, le Yang, ceux qui rĂ©chauffent et le yin yang, qui est neutre. Impossible pour nous de nous y retrouver. C’est tout Ă  fait illogique en apparence. Sont Yin par exemple, le crabe, la bière, l’eau gazeuse et le canard, tandis que le bĹ“uf est yang comme le poisson fumĂ© ou le cafĂ©.  Mais on se laissera sĂ©duire par les entrĂ©es Ă  la vapeur ou croustillantes, les prĂ©parations cuites sur un plat en fonte Ă  table, et par les prix. DĂ©paysement garanti, cuisine amusante,  dans un endroit très calme et agrĂ©ablement dĂ©corĂ©, avec un seul regret : les Chinois nĂ©gligent un peu les desserts, mais un beignet fourrĂ© de crème glacĂ©e avec une sauce au chocolat fera tout de mĂŞme plaisir aux gourmands qui ne veulent pas trop chinoiser.
 
L’Empereur de Chine
ChaussĂ©e de Waterloo   885
A 1180 Bruxelles (Uccle)
TĂ©l. 02/ 372 01 80
Fermé le mercredi


Coup de coeur - 29/04/2005 - Le Guide des Connaisseurs©

(commentaires ? | Format imprimable  Envoyer cet article ŕ un(e) ami(e))

't Cockerrelleke Ă  Diegem : un grand cuisinier dans un petit restaurant

Chaque vendredi, dans «Demandez le programme» (entre 8h 30 et 9 h), animé par Philippe Callet, Jacques Kother, du magazine gastronomique Le Guide des Connaisseurs, donne sur l'antenne de Bel RTL, sa bonne adresse de la semaine (émission transmise en direct sur RTL TVI)
Il a dĂ©couvert un tout nouveau petit restaurant avec un grand cuisinier Ă  Diegem, près de Bruxelles : « 't Cockerrelleke Â».
 
Bel RTL : 't Cockerrelleke, c’est un nom très amusant…
 
Jacques Kother : 't Cockerrelleke vient de kokkerellen, « prĂ©parer des bons petits plats Â» et Ă©voque en mĂŞme temps l’adresse du restaurant, Ă  la De Cock Plein, en plein centre, Ă  cĂ´tĂ© de l’église. Bref, le chef, Nicolas Pieders, pĂ©tri de vertus gourmandes, a travaillĂ© dans les plus grandes maisons, de Claude Dupont Ă  Nicolas Lefevere, en passant par le Vateli Ă  Anvers et Le Bouquet Ă  Middelkerke. Il a fait la rĂ©putation du Kasteel Boetfort Ă  Melsbroek, qu’il a quittĂ© il y a un an et demi et qui est fermĂ© aujourd’hui.
Ici, il est en famille, avec sa charmante femme Gina, son oncle et sa tante, dans un tout petit resto de 35 places, qui est d’une simplicité totale, sauf dans l’assiette. Il faut avoir goûté la cuisse de canard rôtie au miel d’acacia, agrumes et gingembre ou la lasagne de crabe et d’asperges au beurre de crevettes et aux fines herbes, pour s’en rendre compte.
 
Bel RTL : Cuisine donc de chef de talent dans ce qu’on pourrait appeler Ă   Paris ou Ă  Bruxelles, un bistro.
 
Jacques Kother : C’est un mot que certains Flamands n’aiment pas. Et pourtant la cuisine de bistro est d’une grande sĂ©duction et on ne peut plus Ă  la mode. Surtout quand elle est inspirĂ©e par des grands chefs. Nicolas Pieders a mis au point de savoureuses croquettes de jambon et chicons qu’il sert avec une petite salade de roquette, et son premier menu – 2 plats – est Ă  15 euros. Par exemple, coquille de crabe et saumon bĂ©arnaise. Il rĂ©duit la fracture sociale. La cĂ´te Ă  l’os d’1 kg, splendide, est Ă  40 euros pour 2. Le quart d’un excellent vin de cĂ©page maison est Ă  4 euros.
Bref, c’est très bon et ce n’est pas l’arnaque. Rien de trop, mais tout ce qu’il faut.
Une table de goĂ»t juste, aux prix agrĂ©ablement Ă©tudiĂ©s, et  qui joue les saveurs du temps.
Une petite maison modeste mais qui ne peut que grandir et dont on entendra parler.
 
 
't Cockerrelleke
A. De Cockplein, 1 A
1831 Diegem
TĂ©l / Fax : 02/ 721 00 07
Fermé mercredi soir, samedi midi et dimanche.
Vaste parking gratuit en face du restaurant
 


Coup de coeur - 22/04/2005 - Le Guide des Connaisseurs©

(commentaires ? | Format imprimable  Envoyer cet article ŕ un(e) ami(e))

Blue Elephant à Uccle (Bruxelles): l’éclat de la cuisine thaï

Chaque vendredi, dans «Demandez le programme» (entre 8h 30 et 9 h), animé par Philippe Callet, Jacques Kother, du magazine gastronomique Le Guide des Connaisseurs, donne sur l'antenne de Bel RTL, sa bonne adresse de la semaine (émission transmise en direct sur RTL TVI)
Cette semaine, il a donné la vedette à la cuisine thaï en déjeunant à Uccle - Bruxelles au Blue Elephant, un excellent restaurant très à la mode.
 
Jacques Kother : C’est un restaurant crĂ©Ă© par un antiquaire, Karl SteppĂ©, qui a Ă©pousĂ© une ThaĂŻlandaise et qui a eu l’idĂ©e de crĂ©er des restaurants Blue Elephant notamment Ă  Londres, Ă  Paris, Ă  Beyrouth, Ă  Dubai et bientĂ´t Ă  Moscou, ainsi qu’une Ă©cole de cuisine Ă  Bangkok. Il vient de recevoir un grand prix de la cuisine moderne thaĂŻ.
Il existe aujourd’hui une dizaine de Blue Elephant dans le monde et c’est donc ce Belge très sympathique, Karl Steppé, qui est à la base de cette aventure fabuleuse avec, régulièrement, des avions qui apportent de Thaïlande des produits frais, les épices, la vaisselle et les décors des restaurants. C’est assez extraordinaire et tous les restaurants sont décorés à la thaïlandaise. On est vraiment dépaysé.
 
Philippe Callet, Bel RTL : C’est cher ?
 
Jacques Kother : Pas vraiment. Au Blue Elephant, Ă  Uccle, le premier menu est Ă  10 euros, et le menu habituel Ă  17 euros.
 
Philippe Callet, Bel RTL : Qu’est-ce qui fait l’originalitĂ© de la cuisine thaĂŻ comparĂ©e aux autres cuisines asiatiques ?
 
Jacques Kother : Un point commun : le riz. C’est la base. Mais les cuisiniers thaĂŻlandais utilisent sans abus beaucoup d’épices et de plantes aromatiques, la citronnelle, la coriandre fraĂ®che, et aussi le gingembre, le cumin, la sauce de soja, le tamarin, etc. Ici, on mange avec des cuillères et des fourchettes, mais ce serait meilleur encore, si on osait, avec les doigts. Tous les plats sont apportĂ©s en mĂŞme temps et on se sert selon son goĂ»t et son humeur. Finalement, c’est une cuisine très amusante pour nous. On peut picorer mais c’est copieux.
 
Philippe Callet, Bel RTL : Une question qu’on se pose toujours : quels vins conviennent avec ce type de cuisine ?
 
Jacques Kother : A Bangkok, j’ai essayĂ© des vins de type bordeaux. Cela ne va pas du tout. Le tanin s’oppose Ă  la cuisine asiatique. Au Blue Elephant, ils proposent une cuvĂ©e spĂ©ciale de vin d’Alsace, faite de trois cĂ©pages, et servie très fraĂ®che : la cuvĂ©e Royale ThaĂŻ Ă  22 euros la bouteille mais on peut la boire en demi ou au verre. C’est idĂ©al.  Les vins blancs de Loire vont bien aussi avec cette cuisine. Il faut des vins secs mais avec une touche disons très lĂ©gèrement pulpeuse. Certains recommandent avec la cuisine asiatique des Gewurztraminer alsaciens, un peu moelleux, pour faire contraste avec les Ă©pices. L’ennui, c’est que ce type de vin est un peu fatigant au palais. Et si on n’aime pas le vin blanc, reste un bon beaujolais ou un vin rosĂ©, peu tanniques, servis frais.
 
Philippe Callet, Bel RTL : Donc, vous n’avez pas choisi le lunch Ă  10 euros mais celui Ă  17 euros, baptisĂ© le « Lunch royal Â». C’était variĂ© et c’était  bon ?
 
Jacques Kother : On a droit Ă  trois entrĂ©es, dont la meilleure, Ă  mon avis, est le rouleau de printemps, une croquette fourrĂ©e de vermicelle, de poulet et de lĂ©gumes avec une sauce aigre-douce, ensuite, en plats, de l’agneau en dĂ©s, du poulet aux noix de cajou, et du porc sautĂ© Ă  l’ail, avec du riz blanc et aussi des lĂ©gumes, et un sorbet comme dessert.
C’est varié, bien présenté par des serveurs asiatiques, on n’est pas frustré. Les sauces thaïlandaises harmonisent parfaitement les saveurs et les textures. L’aigre-doux, par exemple, est un mélange de vinaigre, de sucres, de piments rouges et d’ail. C’est revigorant.
 
Philippe Callet, Bel RTL : On dit que les cuisiniers thaĂŻlandais sont de remarquables sculpteurs de lĂ©gumes ?
 
Jacques Kother : C’est vrai. Les plats en sont dĂ©corĂ©s. On est vraiment en ThaĂŻlande, au milieu des sculptures et des plantes vertes. On peut choisir ici un grand menu plus variĂ© et plus complexe, plus cher aussi, mais aller au Blue Elephant, c’est un peu oublier, sans faire de folies, ses soucis.
Le chef s’appelle Tong Suk Ubon. Et, si j’ose dire, cette cuisine sans cuissons abusives et toute en délicatesse, c’est vraiment Ubon…

Blue Elephant
Chaussée de Waterloo, 1120
1180 Bruxelles
TĂ©l : 02/ 374 49 62
Fax : 02/ 375 44 68
E-mail : brussels@blueelephant.com
www.blueelephant.be
Jardin d’hiver
Fermé samedi midi
           
 


Coup de coeur - 15/04/2005 - Le Guide des Connaisseurs©

(commentaires ? | Format imprimable  Envoyer cet article ŕ un(e) ami(e))

De Madrid Ă  Bruxelles, tapas et flamenco

Chaque vendredi, dans «Demandez le programme» (entre 8h 30 et 9 h), animé par Philippe Callet, Jacques Kother, du magazine gastronomique Le Guide des Connaisseurs, donne sur l'antenne de Bel RTL, sa bonne adresse de la semaine (émission transmise en direct sur RTL TVI).
Cette fois, destination Madrid oĂą Jacques Kother est allĂ© en reportage. Et une bonne petite adresse espagnole Ă  Bruxelles : Torremolinos.
 
Philippe Callet, Bel-RTL : Alors, une question : existe-t-il vraiment une cuisine madrilène ?
 
Jacques Kother : Rien n’est moins sĂ»r. L’omelette aux pommes frites est malheureusement très prĂ©sente alors qu’une vraie tortilla peut ĂŞtre excellente. Mais il y a d’admirables restaurants comme le Jockey ou le Zalacain, etc.  La meilleure cuisine espagnole est basque. Il y a au pays basque espagnol de solides traditions et des sortes de clubs oĂą les hommes se rĂ©unissent pour faire la cuisine, pendant que femmes et enfants restent Ă  la maison. C’est peut-ĂŞtre un exemple Ă  suivre… J’ai visitĂ© Ă  Madrid l’extraordinaire foire internationale Club de Gourmets oĂą les meilleurs produits de toutes les rĂ©gions Ă©taient exposĂ©s cette semaine. C’est un immense Ă©vĂ©nement avec en vedettes les jambons, les vins et l’huile d’olive, mais aussi les fromages,  le poisson, l’ail ou la tomate.
La Belgique, petitement il est vrai, était aussi représentée par des bières, des biscuits, du chocolat et de la moutarde notamment. Elle était l’invitée d’honneur.
 
Philippe Callet, Bel-RTL : La presse internationale Ă©tait lĂ  en force ?
 
Jacques Kother : Des journalistes Ă©taient venus du monde entier, de Tokyo comme de Budapest ou de Varsovie. Il faut savoir que Club de Gourmets est une Ă©norme entreprise qui publie une revue, des guides touristiques et gastronomiques, des livres et qui patronne ce salon de l’alimentation Ă  la fois exceptionnel et dĂ©mesurĂ©, Ă  l’échelle d’un grand pays.
 
Philippe Callet, Bel-RTL : Qu’est-ce qui vous a particulièrement frappĂ© ?
 
Jacques Kother : La vogue des produits bio de haute qualitĂ© et des initiations au goĂ»t organisĂ©es pour les enfants des Ă©coles primaires.
On met à chacun une toque en papier sur la tête et on leur donne une éducation sensorielle. Un exemple à suivre. Ils sont passionnés.
 
Philippe Callet, Bel-RTL : Votre meilleur moment ?
 
Jacques Kother : Un bon spectacle de flamenco avec en main un verre de fino, le xĂ©rès jeune, frais et très sec. Le flamenco est une danse envoĂ»tante, endiablĂ©e, Ă  la fois tragique et passionnĂ©e. Et les danseuses sont parfois très belles, ce qui ne gâte rien.
 
Philippe Callet, Bel-RTL : Votre avis sur la cuisine espagnole ?
 
Jacques Kother : Passionnante quand elle est bonne. C’est une cuisine Ă  l’ail et Ă  l’huile d’olive. Elle peut ĂŞtre très savoureuse et très variĂ©e.  Mais un conseil : si vous allez dans un restaurant espagnol, demandez du vin rouge frais, Ă  16 degrĂ©s maximum. Il est souvent servi trop chaud.
Ne boudez pas les tapas, qui sont des amuse-bouche, ni les chupitos, qui sont des petits verres.
 
Philippe Callet, Bel-RTL : Il y a beaucoup de restaurants espagnols en Belgique ?
 
Jacques Kother : Surtout Ă  Bruxelles. Et certains permettent en mangeant de voir un bon spectacle de flamenco le vendredi et le samedi. C’est le cas notamment  rue haute, près de la Porte de Hal, de Torremolinos, ouvert au-delĂ  de 24 heures, car les Espagnols dĂ®nent tard. Il est prudent de rĂ©server sa table et de demander Ă  quelle heure est le spectacle, gĂ©nĂ©ralement de 21 heures Ă  minuit.  DĂ©paysement assurĂ© ! L’Espagne est une passion.
 
 
Torremolinos
Rue Haute, 405
1000 Bruxelles
TĂ©l. 02 538 38 46


Coup de coeur - 08/04/2005 - Le Guide des Connaisseurs©

(commentaires ? | Format imprimable  Envoyer cet article ŕ un(e) ami(e))

La Table de Mamy à Woluwe : une cuisine (à l’ancienne) bien revisitée

Chaque vendredi, dans «Demandez le programme» (entre 8h 30 et 9 h), animé par Philippe Callet, Jacques Kother, du magazine gastronomique Le Guide des Connaisseurs, donne sur l'antenne de Bel RTL, sa bonne adresse de la semaine (émission transmise en direct sur RTL TVI).
 
 
Philippe Callet, Bel RTL : Vous avez dĂ©couvert une bonne petite adresse Ă  Woluwe-Saint-Lambert : « La Table de Mamy Â».
 
Jacques Kother : Je vous dirai ce que j’en pense dans un instant car, ce jour-lĂ , je voulais aller dĂ©jeuner ailleurs, je dois l’avouer, dans une brasserie bruxelloise très frĂ©quentĂ©e, mais quand je suis entrĂ©, quand j’ai vu sur chaque table une bouteille de vin rouge en train de chauffer Ă  la tempĂ©rature ambiante, et une rĂ©serve de vin en salle Ă  21 degrĂ©s au moins, alors que 5 degrĂ©s des moins seraient un maximum pour des vins jeunes, j’ai fait demi-tour illico.
Dans les mauvais restaurants, je ne sais pas ce que vous en pensez, le vin rouge trop chaud, le pain médiocre, la crème fraîche en bombe, et un service qui tire la tête, voilà qui n’est pas supportable.
 
Philippe Callet, Bel RTL : Et c’est ce qui vous a permis de dĂ©couvrir « La Table de Mamy Â».
 
Jacques Kother : Elle me faisait de l’œil depuis longtemps. Et c’est une rĂ©ussite. Celui qui a crĂ©Ă© ce restaurant a voulu rendre hommage Ă  la cuisine de grand-mère en lui donnant tout de mĂŞme un coup de jeune. Les cuissons sont parfaites. Le chef ne rate pas ses lĂ©gumes. Tout est allĂ©chant.
Le cadre est sympathique. Par beau temps, on peut mĂŞme manger dehors. Et  c’est de la bonne cuisine bourgeoise, comme l’œuf pochĂ© aux crevettes avec purĂ©e de pommes de terre, avec le jaune coulant avec dĂ©licatesse et sensualitĂ©, la salade de museau de bĹ“uf Ă  l’échalote et Ă  l’œuf dur, plat canaille, les croquettes de macaroni Ă  l’ancienne, le vol-au-vent de poule et ris de veau – un classique -, le saucisson chand aux lentilles – cuisine de Lyon - ou le pain de veau dont la cuisson est terminĂ©e au moment, sans oublier l’incontournable AmĂ©ricain, frites, salade.
 
Philippe Callet, Bel RTL : C’est de la cuisine mi-bourgeoise, mi-bistrot.
 
Jacques Kother : C’est une cuisine savoureuse, avec des plats  qu’on ne trouve pas toujours ailleurs, et qui coĂ»tent aux alentours de 11 euros, avec un menu du marchĂ© Ă  25 euros, un choix de vins limitĂ© mais intelligent, un service jeune et sympa, et un cadre assez mode. Et pour la bonne bouche, je vous recommande un dessert, le fameux baba.
 
Philippe Callet, Bel RTL : C’est aussi un dessert Ă  l’ancienne qui a ses fanatiques…
 
Jacques Kother : Mis au point Ă  la fin du XVIIIe ou au XIXe siècle, comme les crĂŞpes Suzette, la Dame Blanche, ou le pudding diplomate. On n’a pas fait mieux depuis. Jadis, on l’appelait Ali Baba. Et un bon baba, c’est rare. D’abord, on doit goĂ»ter le rhum, ensuite il faut de la vraie chantilly abondante et une cerise sur le gâteau. Ici, tout y est. C’est un copieux et dĂ©licieux dessert de gourmandise. On se lèche les doigts. Donc, merci, Mamy. 

La Table de Mamy
Avenue des Cerisiers, 212
1200 Bruxelles (Woluwe-Saint-Lambert)
TĂ©l. 02/ 779 00 96
Fermé samedi midi et dimanche


Coup de coeur - 01/04/2005 - Le Guide des Connaisseurs©

(commentaires ? | Format imprimable  Envoyer cet article ŕ un(e) ami(e))

175 Articles (35 Pages, 5 Par Page)
[ 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 ]
 
Liens connexes
L'article le plus consulté de la rubrique Coup de coeur:
Le Café Lequet à Liège, le temple des boulets-frites!

Derniers articles de la rubrique:
·La Guinguette en Ville: un succès mĂ©ritĂ©

·Ganshoren : Une explosion de saveurs au San Daniele

·La Table de Georges Ă  Glabais: mezzĂ© ou cochon de lait ?

·Pour ses 30 ans, le Blue Elephant de Bruxelles propose un formidable menu Ă  30€

·The Cube, avec Sang Hoon Degeimbre: une expĂ©rience inoubliable

·Un Passage Ă  -haut- niveau Ă  Uccle

·Le restaurant La Manufacture Ă  Bruxelles: 20 ans de «fait main»

·La Main dans la PoĂŞle Ă  Ixelles: le soleil de l’Italie

·Damien Bouchery et StĂ©phane Lefèvre : Bistrot du Mail et Petits Oignons…

·Le Chalet Robinson, dans le Bois de la Cambre Ă  Bruxelles, enfin rouvert !

·Bourg-en-Bresse et Vonnas : du bonheur cet Ă©tĂ©

·Bloempanch et Wok n’Roll Ă  Bruxelles

·Fosses-la-Ville: Le Vin100 mais pas sans vins

·Paris. Le Train Bleu : arrĂŞt buffet !

· Le restaurant Living Room 102 Ă  Knokke / Sluis: la frontière du bon goĂ»t

·Hostellerie Dispa Ă  Walcourt : le terroir du dessus

·Les Pieds dans le Plat Ă  Marenne : le nez, encore mieux

·Un resto-bistro très agrĂ©able Ă  Uccle : on fonce «Chez Alphonse»!

·Restaurant De Kapblok Ă  Dilbeek : les principes de Peter

·Restaurant Le Saint-Boniface Ă  Ixelles: au fond du terroir

·La Kermesse Bruegel Ă  Bruxelles : Ancienne Belgique

·Le Moulin de Lindekemale Ă  Woluwe-Saint-Lambert : la roue des saveurs

·Restaurant Serenata Mare : Zaventem-sur-Mer

·Chapelle-lez-Herlaimont: Pouic-Pouic ravit Jacob. Et les autres.

·Friture RenĂ© Ă  Anderlecht: pour avoir la frite!

Glossaire de la Rubrique Coup de coeur

Tous les articles de la Rubrique Coup de coeur




info@leguidedesconnaisseurs.com

info@leguidedesconnaisseurs.com
Le Guide des Connaisseurs © 16 octobre 2004
Tous droits réservés
Nos partenaires
Site Web réalisé par Mikael Kother (phpnuke©2003)